Qui sommes-nous
10/08/2015
340
Pas de commentaire
Partagez ce sujet

Programme d’échange culturel

D’abord, étant donné que l’Islam a incité ses fidèles à faire la connaissance des autres peuples et nations, Dieu, gloire à Lui, dit : « Ö gens, Nous vous avons créés de males et de femelles et nous avons fait de vous des peuples et des tribus pour que vous vous connaissiez » ; ensuite, qu’il est de notre devoir de bien accueillir toute invitation à l’échange culturel, ce qui offre l’opportunité de faire connaître aux autres civilisations ce qu’est l’islam, enfin, dans le cadre de la lutte contre le fanatisme religieux d’une part et prévenir tout conflits international, et sous les directives de son éminence Cheikh Salah Ben Abdel Aziz Ben Mohamed Äl Cheikh, a été lancé le Programme de l’Echange Cognitif :
Nom du programme : Programme d’Echange Cognitif

Présentation du Programme :

Il s’agit d’un programme culturel spécial destinés aux chercheurs en théologie dans le but de consolider les échanges culturels , trouver des champs d’entente avec les autres nations et aller de l’avant dans une réaction positive face aux changements universels.

Les raisons de ce programme :

-Répondre aux diffamations préméditées portées contre la religion islamique.
– Réagir devant la recrudescence du fanatisme religieux.
– Réagir positivement à l’égard des transformations internationales.
– Faire face à la recrudescence des appels à l’affrontement entre les nations.

Ses objectifs :

– Faire connaître l’image réelle de l’islam et ce qu’il pense des autres religions et des autres cultures.
– Consolider les rapports avec les chercheurs en théologie essentiellement en occident et dans le monde d’une manière générale pour une meilleure entente.
– Mettre en relief du rôle de L’Arabie Saoudite en tant leader qui protège le vrai islam, modéré et tolérant.
– Fournir l’opportunité à ceux qui s’intéressent à la religion de découvrir l’islam et sa culture.
– Chercher des terrains d’entente entre les civilisations et mettre fin au renfermement et à l’isolement des civilisations et des religions.

Ses cibles :

Le programme cherche à atteindre
– Les organisations religieuses.
– Les départements de théologie dans les universités occidentales.
– Les sociétés médiatiques.
– Les centres de recherches et de théologies.
Les moyens technologiques utilisés par le Programme.
a) Créer un site sur internet qui a pour fonction de faire connaître le programme et qui, indirectement, contribuera à la prédication, tout en ouvrant des opportunités de contact avec l’étranger.
b) Ecrire et traduire des livres et des articles qui renforcent le contact et défendent l’image réelle de l’islam.
c) Envoyer des traductions du Coran dans les langues européennes.
d) Entrer en contact avec les chercheurs en théologie.
e) Organiser des séminaires qui défendent l’islam et divulguent ses messages nobles
f) Faciliter les visites et les échanges entre chercheurs du Royaume et d’autres
chercheurs occidentaux.
g) Editer des livres d’information pour les non-spécialistes.
h) Envoyer des ateliers de discussion pour promouvoir l’échange cognitif et en tirer profit.

Cadre administratif du Programme :

Docteur Abdallah ben Fahd Al-Lahidane, superviseur
Docteur Adel ben Ali Al-Chadi, membre
Cheikh Abdallah ben Salah Äl Cheikh, member
Monsieur Khaled El Masouh, member
Docteur Zaid Ad-dakkèn, member.

Comité consultatif:

Docteur Khaled Abalhassan
Docteur Mohmoud Mounir
Docteur Mohammad ben Aouadh Al Harithi
L’initiative du Roi Abdallah pour un dialogue interreligieux et entre les cultures
Je suis venu à vous du pays des Grandes et Nobles Mosquées apportant avec moi un message de la nation islamique représentée par ses savants et ses penseurs réunis dernièrement au sein de la Grande Mosquée. Un message qui annonce que l’islam est la religion de la modération et de la tolérance. Un message qui appelle à un dialogue interreligieux et qui annonce à l’humanité qu’une nouvelle page est ouverte et où règnera, avec l’aide de Dieu, l’harmonie à la place des conflits.
Le Serviteur des deux Saintes Mosquées, le roi Abdallah ibn Abdel-Aziz
« La religion est devenue un agent primordial dans les affaires politiques et les relations internationales. Au moment où les pays du monde deviennent plus liés grâce à la mondialisation, la quantité des réactions entre les différentes religions et les cultures sont devenues plus importantes et on trouve un grand nombre de jugements qui sont erronés et qui provoquent les autres et les stigmatisent dans selon leurs croyances religieuses et leurs appartenances politiques. De nos jours, à titre d’exemple, le seul souci qui existe c’est : quelle est la différence entre un musulman, un chrétien et un juif. »
Au mois de Juin 2008, le Souverain saoudien, le roi Abdallah ibn Abdul-Aziz a lancé un appel pour instaurer un dialogue entre les musulmans, les chrétiens et les juifs. Le message du roi Abdallah, qui a été très chaleureusement accueilli par les dirigeants chrétiens, juifs et musulmans. Il vient au moment où les initiatives en faveur de la paix trébuchent, et l’atmosphère dans le monde devient très tendue. L’initiative du roi Abdullah, que lui ont inspirée les principes pacifiques de la religion islamique, reflète le désire des musulmans de vivre paisiblement, de cohabiter et de réagir positivement à l’égard des adeptes des autres religions et des autres cultures. Cet appel était aussi majestueux que celui qui l’a lancé. Puisqu’il est le Serviteur des deux Grandes et Nobles Mosquées. Le roi a annoncé que son initiative est appuyée par les grands savants, les hommes de religion et les imams dans le Royaume. Cela est un soutien nécessaire au dirigeant d’un pays dont le peuple présume que les décisions du Roi reposent essentiellement sur les principes de la religion islamique. Ces principes qui prescrivent que les religions célestes ont les mêmes objectifs, en l’occurrence montrer aux hommes le droit chemin qui mène à Dieu, gloire à Lui, pour l’adorer de la manière qu’Il nous a recommandée, débarrasser l’humanité de l’injustice, de la pauvreté et de la ségrégation raciale, et rehausser les valeurs humaines qui renforcent la justice sociale.
L’initiative du Roi Abdallah pour un dialogue entre les cultures et les religions se fonde sur les principes suivants :
a/ Réprouver toute ségrégation raciale et abandonner toute idée raciste car tous les hommes sont égaux et jouissent du même degré de dignité et d’humanité. Les différences de couleur et d’ethnie ne donnent nullement le droit à quiconque de se considérer supérieur aux autres.
b) La diversité des ethnies et des factions humaines doit mener à l’entente et à l’entraide entre elles.
c) les différences ethniques ou religieuses entre les communautés humaines sont un fait de Dieu, c’est pourquoi, en dépit des différences qui les distinguent, il est du devoir des sages et des gens raisonnables de chercher un terrain d’entente pour réaliser à la fin le respect réciproque et le bonheur de l’humanité.
d) Relever les défis sociaux communs. Dans un monde qui souffre de la dislocation des rapports familiaux et de la dissolution des valeurs humaines, les richesses peuvent être efficaces pour résoudre certains problèmes.
L’initiative du Roi Abdallah a été chaleureusement accueillie par les dirigeants du monde entier. Voici quelques-unes des réactions des chefs d’état.
Dans son discours prononcé au Caire, le président américain Barack Obama n’a évoqué de tous les chefs d’état des pays islamiques que le roi Abdallah ibn Abdelaziz, duquel il a dit : « La foi doit nous réunir ensemble, et c’est ce qui nous a amenés à réaliser des projets en Amérique qui œuvrent à rapprocher les chrétiens, les juifs et les musulmans et pour cela nous sommes heureux d’accepter l’initiative du Serviteur des deux Grandes et Nobles Mosquées. »
La Maison Blanche valorise l’initiative du roi Abdallah :
Dana Nirino, le porte-parole officiel de la Maison Blanche dit : « Nous pensons vraiment que le dialogue est une chose bonne, surtout si l’initiative vient de quelqu’un comme sa Majesté le roi Abdallah. Elle nous donne l’espoir que viendra un jour où l’on reconnaîtra à chacun son droit à la liberté, à la liberté d’expression et à la liberté de culte. En fait cette initiative nous a encouragés à aller de l’avant.
Dans un congrès sur les religions tenu à New-York, le Cheikh Jaber Al-Sabah, prince du Koweït, a loué l’initiative du roi Abdallah en disant : « Nous saluons le roi Abdallah ibn Abdel-Aziz, Serviteur des deux Grandes et Nobles Mosquées, pour les efforts qu’il ne cesse de conjuguer à cet effet, des efforts que nous soutenons et auxquels nous souhaitons la réussite. »(AFP)
Dans son discours prononcé à la même occasion, le souverain de la Jordanie, le roi Abdallah a dit : « La place prépondérante de l’Arabie Saoudite dans le monde et la considération et le grand respect que lui vouent les pays du monde entier en général, et les pays islamiques en particulier lui permettent de gérer un dialogue interreligieux et de lui fournir le soutien nécessaire pour qu’il réussisse. Dans une époque où l’islam est cible de plusieurs fausses idées engendrées par une mauvaise compréhension de ses fondements et de son essence. L’islam prône la tolérance et la modération et réprouve le fanatisme et la violence. »
Dans son discours prononcé à la même occasion, le président libanais Michel Sulaiman a dit : « L’initiative du roi Abdallah pour un dialogue entre les cultures et les religions a trouvé de vastes échos par tout dans les différentes religions et cultures, ce qui lui permet de réaliser plusieurs acquis pour l’humanité et d’établir des relations fondées sur la tolérance, l’acceptation l’autre et le respect des terminologies propres à chaque religion et à chaque culture. »
Dans une entrevue avec des chercheurs et journalistes dans la bibliothèque du roi Abdel-Aziz,et dont le roi Abdallah a mis la première pierre, Irina Georgieva Bokova, directrice générale de l’UNESCO a insisté sur l’importance de l’initiative du roi Abdallah en disant : « Le Royaume d’Arabie Saoudite est un pays leader et il a sa présence et son poids dans le monde à l’échelle internationale surtout qu’il représente le monde islamique. L’initiative du roi Abdallah a eu un grand impact sur le plan universel. Je me rappelle même le mot du roi Abdallah où il a parlé de traiter les autres avec humanité. Ce qui me permet de dire que sa Majesté le Serviteur des deux Grandes et nobles Mosquées se distingue par ses principes humanitaires exceptionnels ».
De l’Irlande, vient le discours du rabbin David Rosenberg, président du comité pour les relations interreligieuses dans l’Association Judéo-Américaine, et qui occupa auparavant le poste de grand rabbin de L’Irlande, a dit en insistant sur l’importance du dialogue entre les religions : « la pluparts du temps c’est la religion qui est le problème, c’est pourquoi elle doit être la clef de la solution ou au moins d’en être une partie. A mon avis beaucoup d’initiatives politiques échouent parce qu’elles ne prennent pas en considération la dimension religieuse. »
Michael Crow Marty, président de la délégation américaine pour la liberté religieuse désignée pour sonder la liberté religieuse dans le monde, a dit : « la proposition d’un dialogue interreligieux aurait dû avoir lieu depuis longtemps. La nationalité de quelques personnes qui se trouvent dans une chambre close ne m’intéresse pas. Le fait qu’ils dialoguent entre eux est l’unique chose qui importe. » puis il a ajouté : « c’est une initiative courageuse de la part de sa Majesté le roi Abdallah. »
Le prince héritier son Altesse le prince Sultan a loué les efforts de son Majesté le roi Abdallah pour encourager les Saoudiens à dialoguer avec les adeptes des autres religions. C’est dans ce sens qu’il dit en insistant sur le rôle important du roi Abdallah dans l’établissement de canaux de dialogue à l’intérieur du Royaume ou à l’étranger: « Le roi Abdallah a apporté au Royaume tout ce dont il a besoin pour se frayer une place parmi les pays développés, tout en préservant ses principes, ses valeurs islamiques et ses spécificités culturelles ». Son altesse a ajouté que le centre du roi Abdel-Aziz, dont le roi Abdallah a mis la première pierre depuis quelques années a joué un rôle primordial dans la consolidation de l’union de la nation et dans la propagation de la culture du dialogue entre les composantes de la société saoudienne.
Le Conseil International de l’Entente a chaleureusement accueilli l’initiative du roi Abdallah. Il en a dit en la louant : « Notre monde moderne vit aujourd’hui à l’ombre d’une mondialisation économique et technologique. Pour cela nous devons œuvrer pour une coopération intellectuelle et pragmatique dans tous les domaines. »
Le Centre Culturel Islamique et la Mosquée Centrale à Londres ont beaucoup loué l’initiative du roi Abdallah et la considèrent une transmutation historique pour la réalisation d’un dialogue interreligieux et ont beaucoup loué les efforts conjugués par le roi Abdallah dans ce domaine.
Dans un article publié sous le titre L’Initiative du roi le roi Abdallah pour un dialogue entre les cultures et les religions, Le Spectator, magazine britannique, a élu sa Majesté le roi Abdallah au Prix Nobel de la paix dans le domaine du dialogue interreligieux : « A Genève, commence aujourd’hui le congrès international pour le dialogue interreligieux et qui se poursuivra pendant deux jours. Ce congrès vient dans le cadre de l’initiative du roi Abdallah. « C’est l’homme qui mérite le prix Nobel de la paix pour son initiative qui a donné une poussée considérable pour la réalisation de la paix et la stabilité dans le monde, si les mesures nécessaires sont prises pour la mettre en exécution ».
Le secrétaire général de l’Organisation de la Coopération Islamique a affirmé que l’initiative du Serviteur des deux Grandes et Nobles Mosquées, le roi Abdallah ibn Abdel-Aziz, pour un dialogue entre les religions et les cultures est placée à la tête des priorités de l’organisation. Il a affirmé que l’Organisation de la Coopération Islamique continuera à proposer des projets dans le but d’activer le dialogue avec l’occident et les autres civilisations.
Le Docteur Ihsan Oglu, secrétaire général de l’organisation, a poursuivi en disant : « Cette initiative tient son importance de la place prépondérante du Serviteur des deux Grandes et Nobles Mosquées, Sa Majesté le roi Abdallah ibn Abdel-Aziz, dans le monde islamique. Il représente ainsi le consensus de toute la nation islamique sur ce sujet très sensible. Ceci dit, l’Organisation de la coopération Islamique fera de son mieux pour donner un soutien économique et culturel international pour activer le dialogue interreligieux surtout qu’une sorte d’islamophobie est en train de se propager dans le monde.
A cet égard beaucoup de congrès ont eu lieu dernièrement pour discuter des moyens d’établir des dialogues avec les autres cultures et religions.
Le roi Abdallah a commencé le périple du dialogue interreligieux depuis trois ans à la Mecque lorsqu’il a appelé les chefs des états islamiques à une réunion dans la Sainte ville pour discuter du sujet du fanatisme religieux, et où il a appelé à une renaissance islamique. En Mars 2008, il a annoncé son désir de lancer un dialogue entre les trois religions monothéistes : l’islam, le christianisme et le judaïsme. Le roi a aussi accompli une visite au Vatican où il a rencontré le Pape Bénédicte XVI et lui a avoué son désir d’instaurer la paix et la tolérance. Cette visite a annoncé le début d’une nouvelle ère dans les rapports entre les trois religions célestes.
En Juillet 2008, trois cents délégations représentant les différentes religions du monde : Le bouddhisme, le christianisme, l’indouisme, l’islam et le judaïsme ont assisté au congrès international pour un dialogue interreligieux tenu à Madrid sous la haute bienveillance du roi Abdallah avec le soutien du roi espagnol Juan Carlos et de son premier ministre José Luis Rodriguez Zapatero. Le Congrès a invité les chefs d’état à une convention internationale pour lutter contre le terrorisme et a appelé à une union entre l’humanité entière, à l’égalité entre les hommes mis à part leurs couleurs, leurs cultures et leurs races, à éviter l’injustice et à préserver la diversité culturelle. Le congrès a incité l’Organisation Des Nations Unies à soutenir les recommandations du congrès, et l’Assemblée Générale des Nations Unies à organiser une réunion au sujet du dialogue interreligieux.
Novembre 2008, réunion de l’assemblée pour étudier l’initiative du roi Abdallah au sujet du dialogue interreligieux. Plus de soixante chefs d’état ont participé dans cette réunion, entre autres desquels le président américain Georges Bush, le premier ministre britannique Gordon Brown et le président pakistanais Asif Ali Zardari.
Ce congrès, auquel on a donné le nom de Réunion de haut niveau sur la culture de la paix, s’est tenu au siège des Nations Unies le 12 et le 13 Novembre 2008, il avait pour objectif la propagation d’une culture de paix et de dialogue entre les adeptes des différentes religions, Le président de l’Assemblée Générale Des Nations Unies, Miguel d’Escoto Brockman a envoyé une invitation aux 192 chefs d’état membres et à une commission de surveillance . Parmi les présents, il y avait le président américain Georges Bush, le président libanais Michel Sulaiman, le souverain Jordanien le roi Abdallah, la présidente de la Philippine Gloria Macapagal-Arroyo et le Cheikh Khalifa ben Zayed Âl-Nahyan président des Emirats Arabes Unis.
Tous les séminaires qui ont été organisés pour lancer un dialogue interreligieux ont constitué un terrain fertile et sûr pour mieux comprendre les différentes religions et instaurer la paix de par le monde. Quand on voit l’influence croissante d’individus et de groupes non gouvernementaux sur les rapports internationaux et l’interprétation erronée que se font ces gens des consignes de la religion, il est tout-à-fait logique que l’appel unifié et constant à une coexistence pacifique entre les hommes soit le seul choix que la société ait pour éviter que les actes de violence soient expliqués d’une manière fausse ou qu’ils se cachent derrière le masque de la religion.
Malgré les différences qui existent entre les religions, les croyances et les rituels, il y a entre elles des commandements et des principes communs qui se résument en un mot : la paix.
Les séminaires internationaux sur le dialogue interreligieux ont un rôle crucial qui consiste à mettre en relief l’importance de la religion et sa grande influence sur les affaires politiques internationales, et à montrer comment les valeurs communes entre ces religions peuvent contribuer à réaliser la paix.