L’art et la littérature en Islam
10/11/2015
216
Un commentaire
Partagez ce sujet

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″][/title]

L’art et la beauté sont deux notions consubstantielles. Et en tout temps et en tout lieu nous voyons l’homme enclin à tout ce qui est beau. Dans le Coran, nombreux sont les versets qui traitent du thème de la beauté et qui incitent l’homme à réfléchir aux pouvoirs de Dieu: « De même qu’Il a créé pour vous les bestiaux qui vous procurent de chauds vêtements, ainsi que d’autres profits et certains aliments.(6) Ces animaux sont aussi l’objet de votre fierté, qu’ils soient au bercail ou au pâturage.
(7) Ils assurent également le transport de vos fardeaux vers des contrées lointaines que vous ne pourriez atteindre qu’au prix de pénibles efforts. En vérité, Dieu est Bienveillant et Compatissant. (8) Il a créé aussi les chevaux, les mulets et les ânes qui vous servent à la fois de montures et d’apparat. Et Il crée d’autres choses dont vous ne soupçonnez même pas la nature ! » Il dit, Exalté soit-Il : « N’est-ce pas Lui qui a créé les Cieux et la Terre? Qui fait descendre, pour vous, du ciel une eau par laquelle Nous faisons croître des jardins splendides, dont vous n’auriez jamais pu faire pousser les arbres? Y a-t-il donc une autre divinité avec le Seigneur? Non, bien sûr ! Cependant, ces gens-là s’obstinent dans leur erreur ». Dans ces versets, Dieu incite les gens à méditer sur tout ce qui est beau pour une élévation des sentiments et des pensées. Abdullah ibn Mas’ud rapporte que le Prophète (bénédiction et paix de Dieu sur lui) dit : « N’entre pas au paradis celui qui a le poids d’un grain d’orgueil dans le cœur. » on lui demanda : « mais un tel aime que ses habits et ses chaussures soient bien soignés, est-ce que c’est de l’orgueil » Le Prophète rétorqua : « Dieu est beau et il aime la beauté ! L’orgueil est le manque de reconnaissance envers la vérité et le mépris des gens ».
A notre époque, l’art est une arme qui n’est pas moins dangereuse que la bombe nucléaire ou les armes de destruction massive. Le problème ne consiste pas à autoriser son utilisation ou l’interdire, c’est qu’il est devenu par la force des choses une obligation dans ce sens que si une personne est tentée de l’utiliser contre quelqu’un, l’autre inéluctablement l’utilisera contre lui.
Plusieurs formes d’art se sont épanouies dans la civilisation islamique comme par exemple les ornements et la gravure qu’on trouve dans les mosquées, les maisons, sur des épées et sur des ustensiles en bronze, en bois ou en argile. Quant à la littérature, elle a une place prépondérante en islam. Beaucoup d’écrivains y ont excellé à travers des œuvres en prose ou en vers. Puis est venu l’islam, défiant les érudits de la langue, de la poésie et de la littérature de l’égaler. La lecture du Saint Coran surtout avec une belle voix est une nourriture pour l’âme et les sentiments. Le Prophète (bénédiction et paix de Dieu sur lui) a dit à Abu Moussa Al-Achaâri : « Il t’a été donné une des flûtes de la famille de David » pour dire combien sa voix été savoureuse. L’art est considéré comme un moyen d’expression propre à toutes les civilisations et on l’utilise pour dire notre appartenance à une culture bien déterminée. L’art romain par exemple renferme toutes les caractéristiques de la civilisation romaine qui se distinguait par le culte de la force physique en premier lieu, alors que l’art grec rend plutôt un culte à l’esprit et à la réflexion intellectuelle. Quant à l’art islamique, il exprime fidèlement les caractéristiques de la civilisation dont il émane, de là la qualification d’Islamique a cette forme d’art. En effet, vue de près, on trouvera que cet art est fondé sur des règles et des paramètres spéciaux qui ont eu une influence incontestable sur le monde occidental. Car l’art islamique utilise la matière pour exprimer la dimension religieuse de la vie et les valeurs morales prônées par la religion.
De là vient la splendeur de l’architecture islamique que l’on voit dans les maisons et les châteaux, ces bâtiments qui renferment des secrets invisibles à l’œil distrait. Et qu’on retrouve aussi dans les halls des mosquées et leurs salles bâties dans un style simple et élégant.

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]Les principales caractéristiques de l’art islamique[/title]

1) L’harmonie:
L’art islamique se caractérise essentiellement par son harmonie, une qualité qui le transcende de toutes autres formes d’art, et ce pour les sentiments d’harmonie, d’équilibre et de splendeur qu’elle crée chez le spectateur. Le rôle de l’art islamique n’est pas de montrer ce qui est visible mais de faire voir ce qui est latent et invisible. Dans ce sens, l’architecture andalouse est considérée comme l’expression typique de cette spécificité de l’art islamique car elle renferme des édifices, des bassins d’eau, des arbres… tout cela dans une harmonie totale de sorte que le spectateur a l’impression que les bâtiments ont eux aussi émergé du sol comme les palmiers et les arbres fruitiers qui les entourent.
2) L’inacceptation de l’art figuratif :
Avant la parution de l’islam, les arabes avaient excellé dans la peinture des créatures vivantes, mais ils n’ont pas donné d’intérêt à la simulation du mouvement comme on le voit dans l’art grec et les autres arts analogues. Si l’islam a prohibé la peinture, c’est pour transcender l’âme humaine. Le Prophète (bénédiction et paix de Dieu sur lui) dit que les gens les plus sévèrement châtiés le Jour Dernier sont les peintres. Beaucoup d’exégètes pensent que l’objectif de la prohibition de la peinture c’est de détourner les gens de l’adoration des idoles ; mais de nos jours, les savants n’y voient pas un inconvénient tant que cela ne gâche pas au musulman sa foi.
3) Transformer l’ordinaire en précieux :
La religion islamique exhorte les gens à éviter le gaspillage et l’ostentation. Les choses de la vie sont futiles et éphémères alors que ce que Dieu nous réserve est meilleur et perpétuel. Personne ne peut nier que les musulmans ont atteint à certaines époques de leur histoire un degré de progrès et de richesse sans pareil, au point qu’ils ornaient certaines parties importantes des mosquées avec des pierres précieuses. Là est apparu un problème socio-économique dont la solution relevait du miracle. Il s’agissait de trouver la bonne équation qui réconcilie l’essence de la foi avec les pratiques des pieux prédécesseurs (As-salaf As-salih) ; les superbes capacités économiques de la société avec les principes d’une religion éternelle. De là, il incombait aux artistes de trouver un nouveau style qui réussît à résoudre cette équation difficile. L’artiste musulman a réussi à inventer la céramique brillante, à l’utiliser, à la place de l’or et de l’argent, pour fabriquer des ustensiles de cuisine, dont on trouve des exemples dans le musée islamique en Egypte. Cette céramique est considérée comme l’une des meilleures dans le monde. L’artiste musulman a réussi à concilier la richesse grandissante dans la société au mode de vie modeste et simple des pieux prédécesseurs. L’artiste musulman a utilisé les matières premières peu couteuses comme le bois et l’argile pour faire des mihrabs bien ornés et avec de belles gravures ; de beaux mihrabs comme celui de la mosquée de Saida Roukaya, aujourd’hui au musée d’Egypte. La civilisation islamique nous a légué un grand nombre d’œuvres d’art : des spécimens en métal, surtout en bronze, minutieusement gravés et des meubles. La valeur de ces pièces d’art ne réside pas dans la matière première dont elle sont faites mais dans la précision et la perfection technique de la gravure qui y figure.
La religion islamique interdit la représentation des créatures vivantes et de l’homme, l’artiste a alors développé une autre forme d’art : la calligraphie où l’artiste use de l’écriture pour réaliser des formes géométriques d’une beauté inouïe. Il y a trois types d’écriture : le Thuluthi (le tiers), le persan et le tigra.
Finalement, nous dirons que si les nations ont à être fieres de ce qu’elles ont réalisé, alors nous pouvons être très fier de notre art qui a contribué incontestablement au progrès de la civilisation islamique.
L’art islamique s’est distingué par sa conformité à la jurisprudence islamique. Il ne s’est pas adonné à la peinture des créatures vivantes, il a inventé un tout autre type de peinture exclusivement propre à lui.

[/column]

1

  1. cfMNiu8rewnjdfnsd r43tsdfrweterfaws, [url=http://65435rghgsf.com]r43tsdfrweterfaws[/url], [link=http://65435rghgsf.com]r43tsdfrweterfaws[/link], http://65435rghgsf.com dit :

    cfMNiu8rewnjdfnsd r43tsdfrweterfaws, [url=http://65435rghgsf.com]r43tsdfrweterfaws[/url], [link=http://65435rghgsf.com]r43tsdfrweterfaws[/link], http://65435rghgsf.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *