La science moderne vue par l’islam
10/11/2015
217
Pas de commentaire
Partagez ce sujet

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″][/title]

Il est dans la nature de l’homme que de vouloir savoir. Et c’est cette nature ou ce caractère qui a poussé l’homme à découvrir l’électricité et à inventer les avions, les navettes spatiales et les autres moyens de transport. Toutes ces inventions et ces découvertes constituent des preuves irréfutables que c’est dans la nature de l’homme que de vouloir savoir et connaître les choses. Celui qui examine Le Coran et la Sunna trouvera des signes clairs qui incitent l’homme à méditer et à réfléchir sur ce qu’il y a dans la nature. Les savants musulmans ne se sont jamais retrouvés en conflit avec la science, et jamais, durant toute l’histoire, on n’a trouvé de contradiction entre les consignes de l’Islam et la science. Les savants étaient certains qu’un jour viendra où la science confirmera les vérités révélées par le Coran et la Sunna et prouvera leur pertinence et leur justesse. L’Islam exhorte toujours les hommes à acquérir la science dans toutes ses branches et à tous ses niveaux. D’ailleurs le premier mot du coran révélé au Prophète Mohammad (bénédiction et paix de Dieu sur lui) est : « lis », Iqrâ, pour insister sur l’importance du savoir et de l’apprentissage.
Le Messager de Dieu (bénédiction et paix de Dieu sur lui) dit : « Il est du devoir de chaque musulman de chercher le savoir ». Il dit aussi : « Celui qui parcourt le chemin de la science, Dieu lui aplanira le chemin du Paradis » Ces deux Hadiths sont une exhortation on ne peut plus claires à toute l’humanité à demander le savoir et à enrichir ses connaissances. L’Islam et la science demeurent donc indissociables et les progrès réalisés dans différents domaines de la recherche scientifique ne font que raffermir cette relation, alors que ce n’est pas le cas pour les d’autres religions Ce même progrès a ébranlé leurs fondements et a montré l’erreur de toute notion scientifique elles véhiculent.
Ces découvertes scientifiques sont des preuves incontestables que le Coran est La Parole de Dieu et l’œuvre d’un être humain. En fait, il n’y a point de contradiction entre la science et le Coran ou la Sunna; Tout au contraire, la science a eu un rôle particulier dans le soutien du Coran et de la Sunna et dans l’explication de certaines choses que les hommes n’arrivaient pas à comprendre ou à assimiler.

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]Le Coran et la science moderne[/title]

La science moderne a confirmé des vérités révélées par le Coran il y a quatorze siècles. Cela constitue une preuve irréfutable qu’il n y a pas de contradiction entre l’Islam et la science. Frank Press, conseiller scientifique du président des Etats Unis d’Amérique Jimmy Carter, et président de l’Académie Nationale Des Sciences dont le siège se trouve dans la capitale américaine Washington et co-auteur du célèbre livre « Earth and Understanding Earth », « La Terre et comprendre la terre », lequel livre est considéré comme une référence incontournable dans de nombreuses universités de par le monde, Ce chercheur éminent a mentionné dans son livre que les montagnes ont des racines très profondes dans la terre qui dépassent plusieurs fois leurs hauteurs, ceci donne aux montagnes la forme de piquets, lequel mot est utilisé par Dieu, Gloire à Lui, pour désigner les montagnes dans le Coran : « N’avons-Nous pas disposé la Terre comme un berceau (7) et les montagnes comme des rivets de fixation?(La Grande Nouvelle ; An-Nabâ). La théorie récente des plaques tectoniques qui dit que les montagnes ont cette fonction de fixer et de stabiliser la terre, et qui n’a été comprise que vers la fin des années soixante du vingtième siècle, a été révélée par le Coran il quatorze siècle. Dieu, gloire à Lui dit dans la Sourate des Abeilles, verset 15 : « Il a implanté des montagnes dans la terre pour l’empêcher de vaciller sous vos pieds, de même qu’Il y a créé des rivières et des sentiers pour que vous puissiez vous guider. »(An-nâhl). Maints autres exemples prouvent qu’il y a cohérence entre l’Islam et la science. Nous évoquerons à cet égard celui du cosmos qui à l’origine était un nuage de fumée (masse gazeuse, opaque, dense et à très haute chaleur), une vérité qui n’a été prouvée théoriquement et par l’observation que récemment par la cosmologie.
Dieu, gloire à Lui, dit : « Et qui, s’occupant ensuite du Ciel qui n’était encore qu’une nébuleuse, lui dit ainsi qu’à la Terre : “Soumettez-vous de gré ou de force !” – “Nous voilà entièrement soumis !”, répondirent-ils.»(Les Versets Détaillés 11 ; Fussilat). On peut en déduire que la Terre et les cieux avec tout ce qu’ils renfermaient de galaxies, d’étoiles, de planètes, de lunes… étaient tous unis puis se sont disloqués. Dieu dit : « Les infidèles ne savent-ils pas que les Cieux et la Terre formaient à l’origine une masse compacte que Nous avons ensuite disloquée, et que Nous avons tiré toute matière vivante de l’eau? Se décideront-ils à croire enfin? »(Les Prophètes,30, Al-Anbiâ). Le Coran a aussi devancé tous les scientifiques, gynécologues et anatomistes lorsque beaucoup avant eux il a expliqué d’une manière aussi détaillée que précise les étapes de développement du fœtus dans le ventre de sa mère,« puis Nous avons transformé cette goutte en un caillot de sang dont Nous avons fait un embryon où s’est dessiné le squelette que Nous avons recouvert de chair, pour en faire, en fin de compte, un nouvel être, bien différencié. Béni soit donc Dieu, le Meilleur des créateurs ! »(les croyants,14 ;Al Muminoun). Le professeur Keith Léon Moore, chercheur éminent dans le domaine de l’anatomie et de la gynécologie, auteur du livre : « L’homme Développé », lequel livre a été traduit en huit langues, a déclaré dans un séminaire international : « Vu la complexité des étapes par lesquelles passe le fœtus humain dans son développement en raison des transformations continuelles qu’il subit pendant son développement, je propose d’adopter une nouvelle taxinomie qui utilise la terminologie du Coran et de la Sunna pour désigner chacune de ces étapes ; une terminologie, qui quoique simple, rend bien compte de ce que nous sommes parvenus à savoir sur le monde des fœtus. Les études faites ces quatre dernières années sur le Coran et La Sunna ont montré qu’ils renferment des signes précis sur les étapes de l’évolution de l’embryon, chose étonnante puisqu’ils remontent au septième siècle. Aristote a étudié l’évolution des embryons sur des œufs, cela lui a permis de prendre conscience que l’embryon des volailles passe par des étapes dans l’œuf mais le philosophe était incapable d’en parler avec précision. En fait, on n’a pu se faire une idée précise sur l’évolution du fœtus humain qu’au vingtième siècle, grâce au progrès technologique réalisé. Pour cela, on ne peut pas dire que l’islam s’est référé à des savoirs qui étaient déjà connus. Cela prouve entre autres que le Coran est une révélation de Dieu, d’ailleurs, le Prophète(bénédiction et paix de Dieu sur lui) était illettré. Il ne savait ni lire, ni écrire. Une autre vérité découverte récemment par la science mais dont on trouve des signes dans le Coran. C’est celle qui dit que lorsque deux mers se rencontrent, leurs eaux ne se mélangent pas systématiquement, il s’y forme entre un obstacle qui les sépare. Chacun garde ses caractéristiques (température, densité, concentration du sel dans l’eau…) A titre d’exemple, quand les eaux de la mer Méditerranée rencontrent celle de l’océan Atlantique au détroit de Gibraltar, les premières pénètrent dans l’océan des centaines de kilomètres sans changer, en conservant leur température et leur salinité. Dieu, gloire à Lui, dit dans la Sourate du Miséricordieux : « Il a donné libre cours aux deux mers pour se rejoindre (20) et Il a établi entre elles une barrière à ne pas enfreindre »( Ar-Rahmân). En étudiant les nuages, Les climatologues ont aussi découvert que ceux qui produisent de la pluie se forment après des étapes bien précises. En effet, les climatologues ont trouvé que les nuages noirs (un parmi plusieurs types de nuages) passent par des étapes avant qu’ils ne donnent de la pluie. Ces nuages sont conduits par le vent pour s’unir à d’autres et former un nuage plus grand. Les courants dans ces masses nuageuses deviennent plus forts. A savoir que ceux qui sont près du centre sont beaucoup plus puissants que ceux qui se trouvent à l’extérieur. Ceci contribue à augmenter la taille du nuage. Ce phénomène a été évoqué dans le Coran : « Ne vois-tu pas que Dieu pousse lentement les nuages, puis les regroupe et en fait des masses compactes, du fond desquelles tu vois sourdre de la pluie en abondance? C’est aussi Lui qui fait descendre du ciel des avalanches de grêle, dont Il atteint qui Il veut et préserve qui Il veut, au moment même où l’éclair qui l’accompagne ravit presque les regards. » (La Lumière 43 ; An-Nour).
Tous ces exemples et bien d’autres attestent que la prospérité du monde islamique s’accompagnait du progrès scientifique et technologique. Je voudrai là insérer un passage du discours du docteur Philippe Grenier, député au parlement français, où il dit : « J’ai examiné les versets qui ont rapport avec la médecine, l’hygiène et la nature, sciences que j’ai étudiées dans ma jeunesse et que je connais très bien, et j’ai trouvé que ce qui est dit dans ces versets est totalement conforme à ce que nous avons découvert avec la science moderne. Je me suis alors converti à l’islam parce que je suis certain que ce qu’a dit Mohammad il y a plus de mille ans est la Vérité. Et si chaque artiste et chaque scientifique comparait ce qui est dit dans le Coran à ce qu’il avait appris dans son domaine, s’il est sage et sans arrières pensées, il se convertirait à l’islam sans aucun doute.

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]L’Islam et la science dans les premiers siècles[/title]

L’Islam ordonne aux fidèles de chercher le savoir et de l’acquérir, c’est pourquoi les musulmans, en période de leur apogée, ont donné une grande importance à la science. Cela a engendré un progrès dans différents domaines : Technique, scientifique, médical, social, législatif et politique. Il n’y a aucun doute que les premiers musulmans nous ont donné un idéal de la passion de la recherche scientifique. A ce sujet, le docteur Howard R. Turner dit : « Les artistes musulmans, les scientifiques, les princes et les ouvriers se sont mêlés faisant un tissu culturel unique en son genre qui a influé directement et indirectement sur les autres sociétés du monde entier. Nous vous présenterons quelques-unes des contributions des musulmans dans le domaine scientifique qui ont engendré des révolutions scientifiques dans le passé mais dont l’influence se voit jusqu’à aujourd’hui dans la science moderne. Nous dirons même qu’en réalité ces inventions ont mis au point les fondements de la Science moderne. Abū al-Qāsim Khalaf ibn Abbās al-Zahrāwī connu en Occident sous le nom d’Aboulcassis est l’un des plus grands chirurgiens musulmans, considéré comme un des pères fondateurs de la chirurgie moderne. Il a inventé plusieurs instruments chirurgicaux qu’on utilise dans les hôpitaux jusqu’à nos jours. al-Ḥasan ibn al-Haytham, a apporté des améliorations importantes en optique, en sciences physiques, et à la méthode scientifique. Ses idées ont permis la découverte et l’invention d’appareils qu’on utilise de notre temps tels que les appareils photos. On l’appelle d’ailleurs le père ou le fondateur de l’optique moderne parce qu’il a réussi à faire apparaître une image sur un deuxième plan grâce une crevasse dans une chambre noire, appelée plus tard « Caméra Obscura », du mot arabe Kömra qui veut dire chambre noire. Cette découverte a beaucoup servi la technologie moderne dans le développement et l’amélioration des appareils photos et les caméras cinématographiques. Abbas Ibn Firnas qui est connu pour être le premier à avoir tenté de voler en imitant les oiseaux. Cette tentative a encouragé ses successeurs à faire des recherches et à perfectionner leurs inventions pour qu’enfin l’on parvienne, après des siècles, à fabriquer des avions tels que ne les connaissons de nos jours. Les musulmans ont aussi fait des découvertes très importantes dans le domaine de la chimie. L’éminent philosophe et historien américain Will Durant dit dans son célèbre ouvrage « l’Histoire de la Civilisation » : Ce sont les musulmans qui ont fait de la chimie une science en y introduisant des remarques méticuleuses, les expériences scientifiques dont ils sondaient les résultats. Alors que les grecs, plus anciens dans le domaine, se sont contentés, à ce que nous savons, d’une chimie basée sur l’expérience industrielle et des hypothèses ambiguës. Les musulmans ont inventé le lambic, et lui ont donné ce nom. Ils ont aussi fait l’analyse chimique de plusieurs matières. Ils ont écrit des ouvrages sur les types de roches et leurs caractéristiques chimiques. Ils ont discerné les chlorites des acides et ont fait l’analyse de centaines de solutions médicinales et en ont composé des centaines d’autres. En fait, c’est d’une part grâce à l’alchimie, un savoir qu’ils ont puisé dans l’Egypte, que les musulmans ont appris la vraie chimie, d’autre part c’est grâce à leur méthode d’ailleurs la plus conforme d’entre celles utilisées à cette époque médiévale aux méthodes de la science moderne. Bref, tous ces exemples montrent le grand intérêt que donnaient les musulmans à la science et montrent aussi que ces derniers ont beaucoup donné à l’humanité à travers les grandes découvertes qu’ils ont faites et les méthodes scientifiques qu’ils ont adoptées.

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]Les exploits scientifiques modernes vus par l’Islam[/title]

Comme on l’a dit ci-haut, L’Islam a conscientisé les gens de la fonction de l’esprit et les a exhortés à la recherche scientifique. Dès lors il ne peut s’opposer aux découvertes et inventions modernes tant que celles-ci n’a pas de conséquence néfastes sur l’homme.
L’islam n’a jamais interdit aux scientifiques de faire des recherches et ne s’est jamais opposé aux inventions et aux découvertes réalisées tant qu’elles visent le bien commun des hommes et qu’elle se fait selon les bonnes méthodes. La télévision par exemple est un moyen médiatique très convoité. On ne voit pas d’inconvénient à son utilisation du moment qu’il transmet des savoirs et des informations. Cependant quand il sert à propager la luxure et la turpitude, il peut être refusé. Tout dépend de l’usage qu’on en fait. Comme tout ustensile, appareil, ou engin… qui peuvent être utilisés dans le bien ou dans le mal.
L’on voit clairement que l’Islam n’est pas comme prétendent certains un ensemble de principes figés qui refusent la science et le progrès. L’Islam a depuis toujours encouragé la recherche scientifique. Voici quelques versets qui le prouvent : « Ô vous qui croyez ! Lorsqu’on vous dit : «Faites place aux autres dans les assemblées!», faites-le, Dieu vous mettra à l’aise au Paradis ! Et lorsqu’on vous dit : «Levez-vous!», faites-le, Dieu élèvera de plusieurs rangs ceux d’entre vous qui ont la foi et qui ont reçu la science. Dieu est parfaitement Informé de ce que vous faites. » (la Discussion11 ;Al Moujadalâh). Dieu, gloire à Lui, dit aussi : « La vraie religion pour Dieu, c’est l’islam. Et si les gens des Écritures se sont divisés entre eux, c’est uniquement par pure jalousie, après que la science leur fut donnée. Que celui donc qui renie les signes de Dieu sache que Dieu est prompt dans Ses comptes. » La Famille d’Imrane 19 ;Al-Imrane) et dit aussi dans La Sourate de Ta-Ha 119 :« Gloire à Dieu, le Souverain, l’Authentique ! Ne te hâte pas de répéter les versets du Coran, avant que leur révélation ne soit achevée ! Dis plutôt : «Seigneur, donne-moi encore plus de savoir !», « Et il en est aussi en vous-mêmes. N’en êtes-vous donc pas conscients? (les ouragans, 21 ; Adh-Dhâriyât) ; « Peut-on comparer ce pécheur à celui qui passe ses nuits en prière, prosterné ou debout, craignant la vie future et plaçant son espoir dans la miséricorde de son Seigneur? Dis : «Sont-ils égaux, ceux qui ont reçu la science et ceux qui ne l’ont point reçue?» Seuls des êtres doués d’intelligence sont à même d’y réfléchir. »(Az-Zoumor 9) ; « N’ont-ils pas remarqué comment les camélidés ont été créés, (18) comment le ciel a été élevé,(19) comment les montagnes ont été dressées, (20) et comment la terre a été nivelée? » (Al Ghâchia). Ainsi nous pouvons affirmer qu’il n’y a pas la moindre contradiction ou le moindre conflit entre l’islam et la science, et que tout au contraire, c’est grâce à l’islam que la science s’est développée. La preuve en est que ce sont les scientifiques qui ont compris que la complexité de l’univers rapproche l’homme de son Créateur, « Nous continuerons à leur montrer Nos signes, aussi bien dans l’Univers qu’en eux-mêmes, jusqu’à ce qu’ils reconnaissent que ce Coran est bien la Vérité. Ne suffit-il donc pas que ton Seigneur soit Témoin de toute chose? »(Les Versets Détaillés, 53 ; Fussilât).

[/column]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *