Comment les lois islamiques voient-elles les rapports sexuels
10/11/2015
215
Pas de commentaire
Partagez ce sujet

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″][/title]

Le Coran a évoqué la question des rapports intimes entre l’homme et la femme à plusieurs endroits mais d’une manière sous-entendue ou par substitution. Le mot sexe n’a pas été dit explicitement une seule fois. On trouve parfois le mot « attouchement », d’autre fois le mot « Ifdhâa » qui veut dire « s’en retourner vers » et bien d’autres expressions de ce genre. Le Coran nous apprend en fait deux choses : premièrement qu’il est possible de discuter de ce sujet quand c’est nécessaire, deuxièmement d’être poli et de préserver une certaine retenue dans son discours et choisir des termes corrects qui ne touchent pas à la pudeur. On conclut que l’Islam ne s’oppose pas à une culture sexuelle, et à ce que la femme et l’homme en aient une idée mais à condition de ne pas transgresser les limites de la politesse tel qu’il nous l’a appris le Coran.
Dieu, gloire à Lui dit « et comment vous le prenez alors que vous vous en êtes retournés les uns vers les autres. »(La génisse, Al Baqara)
Il dit, gloire à Lui, aussi : « Il vous est permis, la nuit qui suit une journée de jeûne, d’avoir des rapports avec vos épouses, qui sont un vêtement pour vous autant que vous l’êtes pour elles. Dieu sait que vous vous êtes clandestinement livrés à de tels rapports ; mais Il ne vous en tient pas rigueur et vous accorde Son pardon. »(La Génisse, Al Baqara 187)
Dieu , gloire à Lui, dit aussi : « C’est Lui qui vous a créés d’un seul être dont Il a tiré son épouse afin qu’il pût trouver sa sérénité auprès d’elle. Après que l’homme eut cohabité avec sa femme, celle-ci conçut et sentit un léger fardeau qui ne lui causait aucune gêne. Puis, lorsqu’elle s’en trouva plus lourde, les deux époux adressèrent à leur Seigneur cette prière : «Si Tu nous donnes un enfant sain, nous T’en serons reconnaissants !»(les Murailles Al’Araf 189)

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]Le mariage est l’unique manière d’avoir des rapports sexuels[/title]

Le mariage n’a pour unique but d’avoir des rapports sexuels entre homme et femme. Il y a beaucoup important que cela. Dieu a décrété le mariage pour que l’homme trouve la femme avec qui il trouve la quiétude, il en est de même pour la femme. Ainsi croit entre eux une bonne relation qui se fonde sur l’amour, la magnanimité, l’indulgence et le bonheur. ( Page 38) Une relation que fortifie la procréation des enfants et l’éducation commune de leurs parents. Alors les esprits se calment et chacun des deux époux trouve la quiétude et la sérénité auprès de l’autre. Dieu dit : « Et de ses signes qu’il a créé de vous et pour vous des épouses afin que vous trouviez auprès d’elles votre quiétude, et d’avoir suscité entre elles et vous affection et tendresse. En vérité, il y a en cela des signes certains pour ceux qui raisonnent. »
L’Islam s’est opposé à l’ermitage et a refusé la vie de moine. Il a incité les musulmans au mariage mais aussi à la probité. Il a encouragé les gens à se marier en simplifiant les procédures du mariage et dans le but de leur épargner la débauche et la turpitude. Il y a beaucoup de hadiths et de versets qui incitent au mariage. Le Prophète paix et salut de Dieu sur lui) a dit : Ö gens, quiconque d’entre vous peut se marier, qu’il le fasse, c’est beaucoup mieux le regard et préserve le sexe. »

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]L’orgasme sexuel[/title]

L’islam ne se limite pas un ensemble de lois, c’est un système complet qui traite des moindres détails de la vie du musulman. Il n’a pas seulement incité au mariage et à établir de bons rapports conjugaux, il a organisé ces relations en recommandant aux deux partenaires de veiller à ce que chacun assouvisse ses désirs ressente le plaisir dans le rapport sexuel non de le faire égoïstement au détriment de l’autre. L’insatisfaction de l’un des deux partenaires dans le rapport sexuel peut troubler la vie conjugale. L’islam exhorte à commencer le rapport par des caresses et des attouchements et l’homme ne doit pas arrêter le coït avant que sa femme n’assouvisse ses désirs. L’islam a même autorisé à l’homme et à la femme de jouir l’un de l’autre comme ils veulent, exception faite du coït par le derrière. Finalement, l’homme et la femme doit garder leurs rapports dans leur vie intime secrets et n’en parler à personne.

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]L’Islam el les systèmes de vies parallèles[/title]

Toute relation entre homme et femme en dehors du mariage est considérée par l’Islam illicite. L’attrait de l’homme vers la femme et réciproquement de la femme vers l’homme est instinctif. L’Islam interdit tout ce qui peut mener à une relation illicite. Il recommande d’être modeste dans ses habits et modéré dans ses attitudes. Il réprouve qu’un homme et une femme s’isolent de peur de commettre un péché. Les rapports sexuels en dehors du cadre conjugal engendrent des problèmes indésirables. Transmission de maladies génitales, la destruction de la famille et l’embrouillement des liens de sang, la souffrance de l’un des deux personnes parce qu’autre l’a abandonné et a trahi ses promesses…etc.
Bref, tous les rapports entre hommes et femmes en dehors du mariage sont refusées non par l’Islam seulement mais par toutes les religions célestes.

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]L’homosexualité[/title]

L’Islam réprouve catégoriquement le mariage entre deux personnes de même sexe. L’uranisme et le lesbianisme sont considérés par l’Islam des péchés susceptibles des châtiments pénibles

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]L’onanisme[/title]

L’Islam exhorte les jeunes, filles et garçons, à se marier pour ne tomber dans l’interdit. Le Prophète (paix et salut de Dieu sur lui) a dit en appelant (page 39) les jeunes : « Quiconque d’entre vous peut se marier, qu’il le fasse. » le mariage comme l’a expliqué le Prophète « fait baisser le regard et préserve le sexe ». Dans l’incapacité de se marier, le Prophète ne recommande pas à se livrer à l’onanisme. Il a recommandé plutôt le jeûne parce qu’il affaiblit freine les désirs d’autant plus qu’il rapproche l’homme de son créateur. Les savants ont prohibé cette pratique en s’appuyant sur la parole de Dieu, Gloire à Lui : « Et qui choisissent autre que ça se les agresseurs. »
Nous voyons donc que l’Islam a traité la question des rapports sexuels d’une manière détaillé et a montré à ses adeptes le droit chemin qui organise leur comportement sexuel tout en leur permettant d’assouvir leurs désirs.

[/column]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *