Les mœurs dans Islam
10/11/2015
403
Pas de commentaire
Partagez ce sujet

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″][/title]

Les mœurs sont innées chez l’individu, Dieu, gloire à Lui, dit en parlant de l’âme humaine: « (il) lui a inspiré son libertinage et sa piété ! » (Le Soleil, Ach’Chams 8)
L’homme peut, de nature, distinguer entre le bien et le mauvais. On le voit valoriser des qualités telles que la justice, la bravoure, la franchise et la pitié, et dévalorise d’autres telles que l’égoïsme et la cruauté. Cependant, nous voyons aujourd’hui les gens dans nos sociétés déprécier des valeurs nobles et diminuer leur valeur telles que l’honneur, la politesse ou le contrôle de soi.
Prendre conscience de l’objectif suprême pour lequel Dieu a créé l’homme est une chose importante et primordiale dans la vie de l’individu et dans son comportement. Dieu ne nous a créés que pour lui être totalement dévoué, et Il ne nous a envoyé les messagers et les livres sacrés que pour nous guider vers le droit chemin. Dans cette vie, Nous sommes responsables de nos actes devant Dieu et nous devons œuvrer pour gagner la satisfaction de l’Omniscient, Lui qui sait tout ce que nous faisons, tout ce que nous agençons, tout ce qui ce nous pensons et tout ce qui ressentons, tout dans un livre chez Lui.

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]La préservation de la famille
[/title]

Il s’agit ici des relations de sang qui exigent que l’on ait de bons rapports avec ses proches, et faire le bien à leur égard autant que possible. L’Islam exhorte ses adeptes à entretenir de bons rapports avec ses proches. Dieu, gloire à Lui, dit : « Adorez Dieu, sans rien Lui associer ! Soyez bons envers vos parents, vos proches, les orphelins, les pauvres, les voisins qu’ils soient de votre sang ou éloignés, ainsi que vos compagnons de tous les jours, les voyageurs de passage et les esclaves que vous possédez, car Dieu n’aime pas les arrogants vantards. » (Les Femmes, An’Nissa 36). Dieu, gloire à Lui, dit aussi dans la sourate des Murailles (Al’Anfâl 84/85) : « Ceux qui ont cru, qui ont émigré, qui ont combattu au service de Dieu, ainsi que ceux qui les ont accueillis et secourus, ceux-là sont les vrais croyants auxquels l’absolution de leurs péchés et une généreuse récompense seront accordées. [75]Ceux qui se sont convertis par la suite, qui ont émigré et combattu avec vous, ceux-là sont également des vôtres. Cependant, ceux que des liens du sang unissent sont encore plus proches les uns des autres, comme Dieu l’a prescrit. En vérité, Dieu a connaissance de toute chose. » Dans un autre lieu, Dieu insiste sur la préservation des relations familiales. Il dit : « Ton Seigneur t’ordonne de n’adorer que Lui, de traiter avec bonté ton père et ta mère. Et si l’un d’eux ou tous les deux atteignent, auprès de toi, un âge avancé, ne leur dis pas : «Fi !» Ne leur manque pas de respect, mais adresse-leur des paroles affectueuses! » Le Voyage nocturne, Al’Isrâa23). L’entretien des relations de sang se fait en invitant chez soi ses proches ou en leur rendant visite pour s’assurer sur leur état de santé et leur offrir des cadeaux et leur donner de l’argent s’ils en ont besoin, partager avec eux leurs moments de bonheur et visiter leurs malades…L’Islam préconise l’entretien de bons rapports avec ses parents, ses frères et sœurs, ses oncles et tantes et autres proches. Pour cette raison, nous dirons que l’Islam est une religion différente des autres religions pour l’intérêt qu’il donne à la conservation des relations de sang.
L’Islam exhorte ses adeptes à faire le bien, sous toutes ses formes, il les incite aussi à se marier et à avoir des enfants, à jouer avec les membres de sa famille et à les divertir. A offrir des cadeaux aux enfants et à les embrasser avant qu’ils aillent se coucher. L’Islam incite ses adeptes aussi à s’occuper de leur apparence et à bien s’habiller.
Quant au sujet des rapports sexuels, l’Islam le traite avec beaucoup de modération. Il incite l’individu à avoir des rapports sexuel mais dans un cadre légal précis, celui du mariage. Dieu, gloire à Lui, dit : « Parmi ses signes que d’avoir créé de vous et pour vous des épouses afin que vous trouviez auprès d’elles votre quiétude, et d’avoir suscité entre elles et vous affection et tendresse. »(Les Byzantins, Ar’Roum 21). La religion islamique ne reconnaît pas l’ermitage le prieuré. Le Prophète dit (Paix et salut de Dieu sur lui) : « Point d’ermitage en Islam. » Le mariage vient ainsi (Page 16) régler nos besoins et les réguler pour qu’on ne tombe pas esclaves de nos désirs. Le mariage est ainsi, pour l’individu un refuge moral et une nécessité sociale qui permet de fonder des familles qui constituent les cellules élémentaires de la société. Tous les rapports qui ont lieu avant ou en dehors du mariage ne font que détruire les familles. A notre époque moderne, c’est devenu commun que de trouver des femmes avec des enfants aux pères inconnus. Et des pères qui ont beaucoup d’enfants issus de rapports sexuels illicites, et qu’ils renient. Par conséquent, selon l’Islam, le mariage est le cadre légal unique qui autorise des rapports intimes entre une femme et un homme. L’homosexualité aboutit à la destruction de la famille. Sachons que l’un des principaux objectifs du mariage c’est d’avoir des enfants, la chose qui ne peut se faire que par l’union d’un homme et d’une femme. Pour ces raisons, l’Islam a prohibé l’homosexualité et le lesbianisme. Dieu, gloire à Lui, dit : « Ô hommes ! Craignez votre Seigneur qui vous a créés d’un seul être et qui, ayant tiré de celui-ci son épouse, fit naître de ce couple tant d’êtres humains, hommes et femmes ! »(Les Femmes, An’Nissa 1)

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]L’importance du savoir dans la société[/title]

Sans aucun doute, personne ne peut contester l’importance de l’enseignement. Nous irons jusqu’à dire que celui qui n’a pas reçu d’enseignement dans sa vie, il lui faut beaucoup pour apprendre. En fait, l’islam accorde une place prépondérante à la science et à l’apprentissage. D’ailleurs, le premier mot du Coran révélé au Prophète (paix et salut de Dieu sur lui) est « Lis ». Les musulmans, hommes et femmes sont appelés à apprendre et à acquérir le savoir. Dieu, gloire à Lui, dit : « Dis : «Sont-ils égaux, ceux qui ont reçu la science et ceux qui ne l’ont point reçue?» Seuls des êtres doués d’intelligence sont à même d’y réfléchir. »(Les Groupes, Az’Zumar 9). Le Prophète (paix et salut de Dieu sur lui) dit : « Quiconque emprunte un chemin à la recherche d’une science, Allah lui facilite par cela un chemin vers le Paradis.» il est dit aussi que les anges posent leurs ailes en signe de satisfaction de celui qui demande le savoir. Ceux mêmes qui sont au ciel et ceux qui sont sur terre, jusqu’au simple poisson dans la mer demandent pour lui la miséricorde de Dieu. Que L’homme de science est au prieur ce que la pleine lune est au reste des étoiles. Les hommes de science sont les héritiers des prophètes. Ces derniers n’ont hérité ni dirham ni dinar, ils ont hérité le savoir. Celui qui en acquiert, a acquis un grand bien.
L’apprentissage est donc d’une importance incontestable. Surtout de nos jours où l’éducation joue un rôle vital, et sans aucun doute il est nécessaire du moment qu’il contribue au progrès économique et social.

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]La force de la beauté féminine[/title]

Dieu a légué à la femme une beauté et a mis en elle un charme qui attire les hommes vers elle. Et cet attrait que ressent l’homme vers la femme remonte à la nuit du temps et ne date pas d’aujourd’hui. Comme nous en informe le Coran, l’homme retrouve dans la femme la quiétude et la sérénité spirituelle ; C’est elle qui lui fait oublier ses soucis, ses peines et la fatigue causée par le travail. Et là s’installe une relation familiale chaleureuse et magnifique qui influera positivement sur la société. Pour cela la femme doit préserver sa beauté et son charme et ne les exhiber que devant son mari ou à ceux agrémentés. L’Islam a ordonné à la femme de se faire belle pour son époux car cela ne fera que rajouter plus de bonheur à leur relation, et lui interdit de se faire belle pour les autres pour ne pas éveiller en eux les désirs refoulés ce qui peut conduire à l’adultère, à la fornication ou au viol. Quand une femme se fait belle pour son mari, elle le protège de tomber dans la fornication.

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]Faire du bien au voisin[/title]

Il y a beaucoup de hadiths qui traitent de la bienfaisance et le bon comportement envers le voisin. Le Prophète (paix et salut de Dieu sur lui) dit) « Ne croit pas en Dieu, ne croit pas en Dieu, ne croit pas en Dieu », ces compagnons lui demandèrent : « qui, Ô Messager de D’Allah ? Le Prophète répond : « Celui dont le voisin n’est pas à l’abri des mauvais comportements.» Dans un autre hadith, le Prophète (paix et salut de Dieu sur lui) dit (PAGE 17) : L’ange Gabriel insistait tellement sur le voisin que j’ai cru qu’il allait donner à l’héritage.» L’Islam nous ordonne d’établir de bons rapports avec les voisins, de les assister, de les protéger et de préserver leur vie, leur honneur et leurs biens. Il n’est pas concevable que l’on ne se connaisse pas les uns les autres alors que ne nous sépare qu’un simple mur. Il est du bien commun qu’on vive ensemble dans le respect et l’amour réciproque.

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]La protection de l’environnement et de la vie
[/title]

Entre autres des objectifs de l’Islam, c’est de protéger la vie des créatures : êtres humains, animaux et même les plantes. C’est dans ce sens que l’islam nous ordonne de bien s’occuper de cette planète sur laquelle nous vivons, dont le ciel nous couvre et qu’on a prise comme refuge : Dieu, gloire à Lui, dit : « C’est Lui qui a étendu la terre, y a implanté des montagnes, y a placé des rivières ; c’est Lui qui a établi deux éléments de couple dans chaque espèce de fruits, et qui fait que la nuit couvre le jour. N’y a-t-il pas là des signes pour des gens qui réfléchissent? » (Le Tonnerre, Ar’Râd 3), Il dit aussi : « Il a établi d’autres points de repère, dont les étoiles qui permettent aux hommes de se diriger. »(Les Abeilles, An’Nahl 16).
Sans aucun doute, l’homme doit préserver son environnement car sa vie en dépend. S’autant plus que c’est l’unique être doué de raison et c’est à lui que relève la responsabilité de protéger la nature et toutes les prodigalités que Dieu, gloire à Lui, y a mises à sa disposition. C’est d’ailleurs pourquoi l’Islam nous ordonne de préserver l’environnement et nous défend de le polluer. En effet, il nous exhorte à planter des arbres et toute sorte de plantes bénéfiques. Le Prophète (paix et salut de Dieu sur lui) dit : « « Chaque fois qu’un musulman plante un arbre ou sème une graine, il aura à son actif comme aumône tout ce qui aura été mangé du produit de cette plante par un oiseau, un homme ou un quadrupède. »
La mansuétude de l’Islam a touché même les bêtes. Il nous recommande de bien les traiter car cela relève de la foi. Maltraiter un animal peut être une raison qui fait entrer un homme en enfer. Le Prophète (paix et salut de Dieu sur lui) nous informe qu’un homme a trouvé un chien haletant de soif, il est alors descendu dans un puits, a rempli sa bottine d’eau et a abreuvé le chien. Dieu lui a alors pardonné tous ses péchés. Un compagnon lui demanda : est-ce que nous sommes récompensés par Dieu pour les bêtes ? Il y a une récompense, répondit-il, pour le bien fait à tout être doté d’un foie humide. (être vivant). Il nous raconte aussi l’histoire de la femme qui est jetée en enfer pour avoir martyrisé une chatte en l’enfermant et la laissant mourir (de faim, elle ne l’avait ni nourrie, ni fait boire quand elle était enfermée et qu’elle ne l’avait pas laissée (non plus) manger des insectes de la terre. »
L’Islam nous enseigne même les règle de l’abattage des animaux : Il nous interdit d’aiguiser le couteau devant la bête ou d’égorger une autre bête devant une autre alors qu’elle regarde pour ne pas la faire souffrir. Le Prophète a vu un jour un homme en train d’aiguiser son couteau tout en mettant le pied sur le visage d’une bête qui l’observait de ses yeux et qu’il s’apprêtait à égorger, alors il lui a dit « est-ce tu cherches à l’abattre deux fois ». Dans un autre hadith rapporté par Abd’Arrahman ibn Oubaya : « Alors que nous étions avec le Messager d’Allah r au cours d’un voyage, il se retira pour faire ses besoins ; c’est alors que nous vîmes un guêpier accompagné de deux petits. Nous prîmes ses deux petits et le guêpier vint vers nous et se mit à agiter autour de nous. C’est alors que le Prophète revint et dit : « Qui a affligé cet oiseau en prenant ses petits ? Remettez-lui ses oiselets. »
Le Prophète était un modèle et un exemple de la mansuétude et de l’indulgence. Dieu, gloire à Lui dit : « Nous ne t’avons envoyé que comme miséricorde pour l’Univers. » (Les Prophètes, Al Anbiyâ 107)

[/column]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *