La vie et la mort dans l’Islam
10/11/2015
432
Pas de commentaire
Partagez ce sujet

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″][/title]

Depuis le début de la création, l’homme voit le soleil se lever, chaque matin, du côté de l’est, et le voit se coucher, chaque soir, du côté de l’ouest. Et depuis le début de la création, il voit différentes sortes d’animaux : certains vivent dans la mer, d’autres sur terre, et d’autres qui volent dans l’air. Il a médité des siècles durant pour trouver un sens à son existence. A leurs naissances, les hommes sont des êtres faibles et fragiles. Certains grandissent pour mener une vie simple, travailler la terre pour subvenir autant qu’ils peuvent aux besoins de leurs familles ; d’autres accaparent les richesses de la terre et deviennent des rois. L’humanité a connu, à travers les différentes périodes de l’histoire, différentes sortes d’hommes. Certains consacrent leurs vies à faire le bien et vont jusqu’à se sacrifier pour les autres ; d’autres se transforment en tyrans qui n’hésitent pas à massacrer les gens. L’humanité a vu aussi des nations qui ont vécu dans la paix et la quiétude, et d’autres victimes de catastrophes, de guerres et de massacres. La question que chacun se pose c’est : pourquoi ?
Pourquoi les choses vont-elles à ce rythme. Pourquoi sommes-nous si faibles et fragiles à notre naissance puis nous grandissons pour devenir, à l’âge adulte, forts et robustes et quand nous vieillissons, nous redevenons faibles et infirmes comme nous l’étions au commencement. Pourquoi nous buvons, mangeons, travaillons, luttons, peinons dans cette vie pourtant si courte ? Pourquoi nous souffrons, nous nous lassons, et à certains moments, quand nous nous sentons si seuls, alors nous pleurons ? Quel est le but de tout cela ? Quelle en est la raison ? Quel est le sens de la vie ? La question est : pourquoi existons-nous ?
L’Islam explique que l’existence n’est ni absurde ni insensée. Elle a certainement une fin et sans le moindre doute elle a un sens. Un esprit sain refuse d’admettre que notre existence dans ce monde soit un pur hasard. On peut en comprendre le sens et le but si on saisit et qu’on admette d’abord une vérité essentielle, c’est que nous sommes créés par un être suprême et omnipotent qui est le Créateur, ou Dieu, et une fois l’esprit sain refuse d’admettre que l’on soit sur terre par pur hasard. Un bédouin à qui on a demandé la preuve de l’existence de Dieu a dit : (Page 9) « la crotte est l’indice qu’il y a un chameau » et les traces de pas dans le désert indiquent que quelqu’un est passé par là. Le ciel avec ses constellations, la terre avec ses étendus, tout cela ne montre-t-il pas l’existence de l’Omniscient et le Bien-informé. Quiconque d’entre nous regarde au fond de lui-même, trouvera une paix et une sérénité qui émanent de la connaissance du Créateur.
Lorsqu’on admet cette vérité, l’objectif de notre existence devient clair et net. Comme on remercie quelqu’un de qui on a emprunté de l’argent, ou quelqu’un qui a été solidaire avec nous dans un moment difficile, on doit de même remercier le Créateur qui nous a faits exister, et dont les prodigalités sont meilleures que celles que nous donnent nos semblables. Des prodigalités telles que la vue pour voir les choses, l’air qu’on respire, la beauté du monde autour de nous, l’ouïe pour entendre, la voix de son enfant l’appelant de son nom, l’esprit pour réfléchir et méditer sur les choses et les comprendre…
Remercier Dieu et l’interpeler pour le louer est au centre de la vie du musulman. Si quelqu’un vous sauve d’un accident de voiture, vous lui devez la vie, de même avec Dieu, gloire à Lui, car c’est Lui qui nous l’a donnée. Pour cela, l’Islam montre que le musulman vit pour adorer Dieu. Et c’est cela précisément l’objectif et le but de la vie du musulman. Dieu a promis à ses sujets qui Le remercient une grande récompense, et dans la vie terrestre et dans l’Au-delà.
Chaque individu qui persévère à louer Dieu, gloire à Lui, de la meilleure façon, aura la grande récompense, celle d’entrer dans le paradis, là où la vie éternelle et la félicité, où il n’y a ni peur ni crainte, que le bonheur, la paix, la sérénité et le repos. Des paradis ou dessous desquels coulent des rivières et où les fruits n’ont pas d’exemples sur terre. Là, tout dépasse l’imagination de tout être humain et de loin.
La vie sur terre est une épreuve qui déterminera qui mérite d’aller au paradis de celui qui ne le mérite pas. Cette vie est faite pour amasser des bienfaits, et l’autre vie, celle après la mort, c’est pour récompenser ceux qui ont fait le bien et châtier ceux qui ont fait le mal, pour ce qu’ils ont commis. Cependant, l’adoration de Dieu ne signifie pas s’isoler des gens et consacrer tout son temps à la prière, En vérité ce n’est pas là le vrai sens de l’adoration. Il est dit dans le « Sahih » qu’au temps du prophète (Paix et salut de Dieu sur lui) un groupe de personnes ont décidé de hausser leur soumission à Dieu, l’un d’eux a dit « quant à moi, je m’écarte des femmes et je ne me marierai jamais, l’autre a dit : moi je ferai la prière toute la nuit durant toute ma vie, un autre a dit : moi je jeunerai tout le temps ». Lorsque le Prophète (paix et salut de Dieu sur lui) a été averti de leur décision, il a dit : « qu’ont-ils ces gens de dire tel et tel. Moi je fais la prière et je dors ; je jeune et je mange, j’épouse les femmes et je mange la viande. Celui qui ne suit pas ma Sunna, n’est pas de moi ».Après cela, il leur a montré que le bon musulman, le musulman modéré, est celui qui adore son Dieu et profite des plaisirs de la vie tels que le mariage, les enfants … et les menus plaisirs tels que le sommeil et la nourriture.
L’Islam encourage les relations sociales pour épargner aux individus tout sentiment de solitude, et instaurer une vie sociale qui s’appuie sur l’égalité entre les gens. En effet un musulman qui veut faire le pèlerinage ne met que deux pièces de tissu blanc en signe d’égalité. Il devient difficile de distinguer le riche du pauvre dans un tel habit. Ainsi se réalise l’égalité totale et parfait entre les gens.
Les relations familiales, appelées en arabe liens de sang, impliquent que l’on entretienne des rapports de bienfaisance et de bienséance avec ses proches. L’islam insiste sur les bons rapports familiaux. Dieu, gloire à Lui, dit : « Ceux qui ont cru, qui ont émigré, qui ont combattu au service de Dieu, ainsi que ceux qui les ont accueillis et secourus, ceux-là sont les vrais croyants auxquels l’absolution de leurs péchés et une généreuse récompense seront accordées. Ceux qui se sont convertis par la suite, qui ont émigré et combattu avec vous, ceux-là sont également des vôtres. Cependant, ceux que des liens du sang unissent sont encore plus proches les uns des autres, comme Dieu l’a prescrit. En vérité, Dieu a connaissance de toute chose. » (Les prises de guerre, Al’Anfâl 74,75) Il dit aussi dans Sourate An’Nissaa (les Femmes 36) : « Adorez Dieu, sans rien Lui associer ! Soyez bons envers vos parents, vos proches, les orphelins, les pauvres, les voisins qu’ils soient de votre sang ou éloignés, ainsi que vos compagnons de tous les jours, les voyageurs de passage et les esclaves que vous possédez, car Dieu n’aime pas les arrogants vantards ». Dans une autre sourate, celle d’El Isrâa (le Voyage nocturne : 23,24) : « Ton Seigneur t’ordonne de n’adorer que Lui, de traiter avec bonté ton père et ta mère. Et si l’un d’eux ou tous les deux atteignent, auprès de toi, un âge avancé, ne leur dis pas : «Fi !» Ne leur manque pas de respect, mais adresse-leur des paroles affectueuses ! Et par miséricorde, fais preuve à leur égard d’humilité et adresse à Dieu cette prière : «Seigneur ! Sois miséricordieux envers eux comme ils l’ont été envers moi, quand ils m’ont élevé tout petit !» La préservation des relations Ton Seigneur t’ordonne de n’adorer que Lui, de traiter avec bonté ton père et ta mère. Et si l’un d’eux ou tous les deux atteignent, auprès de toi, un âge avancé, ne leur dis pas : «Fi !» Ne leur manque pas de respect, mais adresse-leur des paroles affectueuses ! [24] Et par miséricorde, fais preuve à leur égard d’humilité et adresse à Dieu cette prière : «Seigneur ! Sois miséricordieux envers eux comme ils l’ont été envers moi, quand ils m’ont élevé tout petit !» La préservation des relations familiales en échangeant des visites avec eux, en s’assurant de l’état de leur santé, en leur offrant des cadeaux, en leur donnant de l’argent s’ils sont pauvres, et en visitant les malades d’entre eux et tous les actes qui peuvent consolider les rapports au sein de la famille. Tout musulman doit bien traiter son père et sa mère, ses frères et ses sœurs, ses oncles et ses tantes et tous ses proches. C’est ce qui distingue l’Islam des autres religions car il donne une importance majeure aux relations familiales.
Contrairement à ce que pourraient penser certains, l’islam autorise de profiter des plaisirs de la vie. Dieu, gloire à Lui, dit : « Ô fils d’Adam ! Mettez vos plus beaux habits à chaque prière ! Mangez et buvez en évitant tout excès ! Dieu n’aime pas les outranciers.
[32] Dis : «Qui a déclaré illicites les parures et les mets succulents dont Dieu a gratifié Ses serviteurs?» Réponds : «Ils sont destinés en cette vie aux croyants et ils seront leur apanage dans la vie future ». C’est ainsi que Nous exposons clairement Nos signes à des gens qui comprennent. »(Les Murailles, Al A’râf, 31,32) et dit aussi dans la sourate du Récit (Al Qassas, 77) : « Emploie plutôt les richesses que Dieu t’a accordées pour gagner l’ultime demeure, sans pour autant renoncer à ta part de bonheur dans ce monde. Sois bon envers les autres comme Dieu l’a été envers toi ! Ne favorise pas la corruption sur la Terre, car Dieu n’aime pas les corrupteurs.» Ces versets indiquent que l’homme doit être modéré dans ses dépenses et dans sa substance et dans tous les aspects de la vie. Certains croient profiter des plaisirs de la vie s’oppose aux dogmes de la religion, cela n’est pas vrai, l’Islam n’interdit pas de se procurer des objets de valeur, des voitures et des vêtements chers. C’est l’homme est assez riche, rien ne l’empêche de dépenser son argent dans le luxe, mais dans des limites : que cela ne devienne pas du gaspillage et de la dilapidation de l’argent, et qu’il ait sorti la zakat de cet argent, ou ait fait autre sorte d’aumône. L’islam n’interdit pas les voyages ou la visite de différents endroits dans le monde tant que cela ne le détourne pas de choses plus importantes. En fait, la vie du musulman est une vie on ne peut plus naturelle et ne comporte pas de contraintes.
Le musulman doit être organisé, ordonné et méthodique dans sa vie. Il a à faire les cinq prières quotidiennes, et comme nous l’avons dit précédemment l’islam n’encourage pas les gens à s’isoler dans leurs prières, qui d’ailleurs ne durent qu’entre dix et vingt minutes chacune, et qu’il vaille mieux les faire dans la mosquée, la chose qui ne fera que rapprocher les gens les uns des autres, rafraîchir et consolider les relations entre les membres de la société. La pratique des cinq prières à leurs temps organise la vie de l’individu musulman dans un rythme et selon un ordre précis. En Islam il y a une sorte d’équilibre qu’il faut faire entre une pratique irrégulière des prières où l’individu risque de voir sa foi faiblir, et la suspicion entrer dans son cœur, et une pratique excessive qui peut amener l’individu remettre en question la raison de son existence, voire douter de son Créateur.
D’autre part, il est important que le musulman ait un sentiment de satisfaction et de sérénité dans sa vie. Le musulman sait que la vie ne dure que quelques années, de courtes années qui passeront rapidement. Certain vivront jusqu’à l’âge de soixante ou soixante-dix ans, d’autres atteindront l’âge de quatre-vingts ou quatre-vingt-dix ans et peut-être plus, mais certains autres ne dépasseront pas les vingt années. Cependant, la conviction qu’il y a une autre vie après la mort, une vie éternelle, incite le musulman et motive, et constitue pour lui un objectif suprême dans sa vie. En réalité, celui qui ne croit pas en la vie après la mort, vit dans le malheur, parce que, pour lui, chaque levé de soleil le rapproche d’un pas de la mort. Peu importe la taille de sa fortune, il sait qu’il ne prendra rien avec lui dans la tombe. Les pharaons croyaient que leurs fortunes pouvaient leur être utiles dans leurs tombes, c’est pourquoi ils se faisaient enterrer avec leurs trésors, leurs bijoux et leur or. Des fortunes colossales dont s’empareront les voleurs des tombeaux après. Cela montre que leur argent et leurs trésors ne leur ont pas servi après leur mort. Sans nul doute, les plaisirs de la vie sont vains et insignifiants, par conséquent, le musulman ne doit pas trop s’y attacher. D’autant plus qu’un esprit sain n’accepte l’idée qu’il n’y a pas de vie après la mort, qu’il ne se passera rien quand on nous enterrera dans le tombeau et qu’on finira par se transformer en terre tout comme la tombe qui nous renfermera. Alors quand la justice sera-t-elle faite pour rendre aux faibles leurs droits, quand seront jugés les tyrans pour leur injustice à l’égard des gens faibles. Pareil pour les bonnes gens, qui récompensera les pieux pour leur piété. Il doit sûrement y avoir (Page 11) le monde de l’au-delà où la justice sera faite et exécutée. Un monde où les malfaiteurs seront châtiés et les bienfaiteurs récompensés tel qu’il leur a été promis. Si ce n’est pas le cas, alors l’homme qui toute sa vie faisait du bien et qui toute sa vie était pieux, cet homme qui a consacré sa vie au service des autres, qu’est-ce qui le distinguera du malfaiteur et du criminel. Chacun se décomposera dans sa tombe et y restera jusqu’à l’infini. Ce que l’esprit sain ne peut pas accepter. En Islam, l’on doit croire qu’après la mort il le Jour du Jugement Dernier où les hommes rendront compte de leurs actes. Un Jour où tous les hommes figureront devant leur Créateur qui leur rendra à chacun justice. La foi en ce Jour est indispensable pour qu’on puisse vivre dans quiétude et la sérénité, des sentiments qui émanent de la conviction qu’il y a une vie après la mort, que tous les gens ressusciteront de leurs tombes, un jour où le bien vaincra le mal.
C’est pourquoi l’islam soutient que la mort n’est pas la fin du chemin, c’est le commencement d’une nouvelle étape du voyage, ou nouvelle page d’un nouvel acte. La mort ouvre la porte à une vie tout-à-fait nouvelle, une vie éternelle, en enfer ou dans le paradis. C’est cette foi qui pousse l’homme à vivre avec un espoir ou à être optimiste dans la vie. Quelqu’un qui ne croit pas au Jour Dernier vivra sans but, sans espoir et sans ambitions, sauf qu’un jour il mourra et qu’il sera enterré et tout s’arrêtera là.
La vie que nous menons n’est donc que provisoire, qui, dans son essence n’est qu’un point de départ pour la vie éternelle. Par conséquent, on peut considérer que le somptueux levé de soleil chaque matin et son coucher à la fin du jour un signe de Dieu, gloire à Lui, pour qu’on médite et qu’on réfléchisse sur la vie de l’au-delà. Les chaines de montagnes, les fleuves et les rivières, sont un indice sur la grandeur de Dieu, gloire à Lui, pour qu’on médite et qu’on réfléchisse sur son unicité et sa grandeur. Toutes les créatures qui vivent dans la mer, de la plus grande à la plus petite, de la baleine au plus petit poisson, tous les animaux qui vivent sur terre, de l’éléphant à la plus petite fourmi, tous les oiseaux qui battent de leurs ailes dans les cieux, toutes ces créatures dans cet univers créé avec une si grande précision et sagesse indiquent l’existence du Créateur, gloire à Lui. Dieu, gloire à Lui, a créé toutes ces créatures pour aider l’homme à exister et à se développer car elles constituent un système complet et intégral qui procure à l’homme tout ce dont il a besoin pour vivre. Du moment que les traces de pas sur le sable du désert ne peuvent pas se faire toutes seules, il n’est donc pas possible que cet univers si fascinant et si miraculeux se soit trouvé tout seul sans qu’un créateur puissant l’ait créé avec tant de précision et d’une telle beauté.
Dieu, gloire à Lui, rendra justice à toutes les créatures le Jour Dernier. Chacun sera récompensé selon ses actes, qu’il ait été un agriculteur vivant dans une petite ferme, roi qui ait vécu dans le luxe et la somptuosité, un tyran qui a fait souffrir ses sujets ou un homme généreux et pieux qui se sont sacrifié pour les autres.

Par conséquent, tout homme sage qui trouve au fond de lui un objectif à atteindre, trouvera la sérénité dans cette vie, et comprendra ce qui passe autour de lui : Que Dieu a créé tout cet univers pour nous, que le but de cette vie est de remercier Dieu, gloire à Lui, et de le vénérer en tant que dieu unique et sans égal.
En conclusion, on dira que tout homme est mortel, et reste une question : dans quel état meurt-il ?dans la confusion et le désordre total et continu à marcher dans un long tunnel sombre sans la moindre lueur d’espoir ? Ou comme un musulman qui a mené une vie pleine d’objectifs et de projets comme quelqu’un qui marche sur chemin entouré d’arbres sous un ciel bleu vers un objectif précis.

[/column]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *