Aperçu général sur l’Islam
10/11/2015
490
Pas de commentaire
Partagez ce sujet

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″][/title]

L’Islam est un système complet d’idées et de croyances qui tend à rapprocher le moral du mondain pour les réunir dans un seul système complet et typique où prédomine avant tout la piété les valeurs morales.
L’Islam cherche à créer une société où prédominent la justice et l’égalité. Ainsi, en tant que concept, l’Islam accepte plusieurs applications : c’est une foi, conviction personnelle et une orientation culturelle typique des échanges quotidiens sur le plan théorique et réel. Sur ce plan, l’Islam est différent des autres religions par sa nature hybride dans ce sens qu’il réunit entre deux conceptions interdépendantes et indissociables : la première est celle que l’Islam est une foi et une conviction personnelle et s’intéresse à la question de la foi et de la croyance ; la seconde, l’Islam en tant que programme ou mode de vie qui s’intéresse à l’application réelle des principes nobles la religion de sorte que la foi se manifeste dans le comportement quotidien des musulmans.
Du moment que l’Islam, en tant que religion et mode de vie est un concept très vaste, nous n’aborderons dans ce qui suit que deux choses : Les croyances religieuses en Islam telles qu’elles sont explicitées dans le Coran et la Sunna ; la seconde concerne les exigences de l’Islam sur le plan spirituel et le plan réel.

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]L’Islam en tant que religion et système dogmatique[/title]

Le terme « religion » se répète dans le Coran 101 fois. Ce mot a en arabe trois sens : domination, soumission et tradition. Ce mot dit aussi l’ensemble des opinions et les comportements que manifeste un individu dans sa conception d’une entité éminente quelconque et son consentement et soumission à cette entité. Le fait d’admettre qu’il n’y ait de dieu qu’Allah signifie qu’il ne faut prendre pour dieu que Lui, par conséquent de n’adorer qu’Allah , se soumettre à Lui et accepter ses lois et ses ordres. Ainsi, nous voyons que l’Islam présente à l’humanité entière un système conceptuel à partir duquel l’homme forme sa propre perception et sa propre vision de l’univers qui l’entoure. De même qu’il lui permet de saisir l’existence de Dieu (gloire à lui), Créateur de l’univers, et de comprendre la relation qui le relie à Lui, et celle qu’il se doit d’entretenir avec les membres de la société. Cela amène le musulman à développer ses idées et à prendre conscience de sa part de responsabilité quant à l’application des principes et des dogmes de cette religion.
L’aspect sacré de l’Islam est une question primordiale puisque c’est une religion céleste révélée par Dieu (gloire à Lui). Les dogmes de l’Islam se fondent sur le Coran et la Sunna. Le Coran c’est la Parole que Dieu a révélée à son Prophète (Paix et salut de Dieu sur lui). La Sunna, c’est l’ensemble des paroles et actes du Prophète Mohammad (Paix et salut de Dieu sur lui) et sa façon de vivre. Ces deux sources agissent ensemble pour donner au musulman une seule (source) renouvelable où il peut puiser les enseignements nécessaires pour comprendre l’Islam, et les directives et instructions dont il a besoin. C’est en s’appuyant sur ces deux sources que les musulmans se doivent de développer leur système social, législatif de même que leurs gouvernements.
Sur le plan dogmatique, l’Islam a instauré un système qui repose sur la foi en l’unicité de Dieu et qu’i, n’a pas d’associés. Le lien fondamental entre l’individu et sa religion est « le Témoignage » à travers lequel il affirme sa conviction qu’il n’y a de dieux qu’Allah et que Mohammad est son prophète, aussi il affirme qu’il croit aux anges, aux Ecritures Célestes, aux messagers et au Jour du Jugement Dernier. Ainsi, quand quelqu’un prononce le Témoignage, il se libère aussitôt de toute servitude ou soumission à quiconque pour devenir le serviteur de son Dieu uniquement. Cela libère l’homme de toute sorte de lien ou de contraintes qui entravent chez lui la réflexion et la création. Cela se manifeste d’ailleurs à travers l’application des consignes et des dogmes de l’Islam ce qui permettra au musulman de garder un rythme stable et équilibré ou s’accordent magnifiquement le comportement du musulman avec les consignes de la foi.
L’Islam donne une grande importance à l’humanité. Cela est explicitement dit dans le Coran, qui parle de l’homme comme étant la créature la plus importante et la plus honorée. Cet honneur apparaît dans la prosternation des anges devant lui quand Dieu l’a créé. C’est à l’homme que Dieu a confié la mission d’instaurer un système social qui se fonde sur la probité et l’éthique. Pour réaliser cet objectif, l’Islam a doté l’homme de valeurs, de principes et de consignes générales, tout en insistant particulièrement sur l’éthique, la science et la justice parce qu’elles sont les piliers de ce système social. On peut expliquer ces principes et ces consignes comme suit :
1) L’Islam voue un grand respect à la création de l’homme, ce qui veut dire que l’homme n’a pas été créé d’une manière absurde. Dieu, gloire à Lui dit : « Pensiez-vous que Nous vous avions créés sans but et que vous ne seriez jamais ramenés vers Nous?» (Les croyants ; al Mouminoun 115). L’homme est créé pour être l’héritier de Dieu sur terre. Par cette délégation, la mission de l’homme est d’adorer et de vénérer Dieu. Dieu, gloire à Lui dit : « Et Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour M’adorer » (les Ouragans, Adh Dhâryât, 56).
Avec ses enseignements, l’Islam cherche à renforcer le lien entre la prédilection de l’homme pour l’éthique et les valeurs d’une part, et sa capacité de fonder une civilisation humaine juste et parfaite en respectant les consignes de l’Islam.
Pour réaliser cet objectif, l’homme, dès sa création disposait de qualités morales fondamentales telles que la justice, ou le fait qu’il ait un penchant instinctif pour le bien. Ces qualités existent chez tous les hommes de manière innée quelles que soient leurs doctrines ou leurs croyances. Dans ce sens nous dirons que l’Islam donne une grande importance à la liberté de l’homme surtout dans le choix de sa religion et de sa croyance. Une liberté qui veut dire responsabilité et compte à rendre le Jour du Jugement Dernier. Dans ce cadre, le Coran certifie que : « Point de contrainte en religion » (la Génisse, 256). Le Coran assure continuellement qu’il faut laisser à chacun la liberté de choisir sa religion. Dans la Sourate des Quassas, le Récit, Dieu, gloire à Lui, dit au Prophète (paix et salut de Dieu sur lui), et à travers lui, Il s’adresse à la totalité des gens : « Prophète ! Tu ne peux remettre dans le droit chemin un être que tu aimes. Mais seul Dieu dirige qui Il veut, car Il est le mieux à même de connaître ceux qui sont les bien-guidés. » (56) Dans un endroit, le Coran commente le fait que le Prophète insiste à prêcher les gens à l’Islam en lui disant : « Est-ce à toi de contraindre les hommes à devenir croyants, » (Jonas,Yûnus99) et atteste que : « car toute âme aura à assumer le poids de ses œuvres » (Al Muddaththir 38). Le Coran va même beaucoup plus loin dans la défense de la liberté de l’individu dans ses choix ; il ne reconnaît pas les paroles ou les actes que l’homme peut faire dans la contrainte, du moment qu’il a le cœur plein de foi.
Ceci dit, du point de vue de l’Islam, l’homme parfait est celui qui joint aux valeurs morales le consentement et la soumission totale à Dieu. C’est pour retrouver le droit chemin et comprendre l’objectif suprême de sa création que l’homme a été doté d’intelligence et de volonté. L’homme fait cela grâce au savoir qu’il possède naturellement. Comme le montre le Coran, la faculté de distinguer entre le mal et le bien est intrinsèque à l’homme et même par inspiration. Et c’est ce qui devrait pousser l’homme à développer ses capacités à réévaluer ses comportements pour retrouver enfin le droit chemin.
2) Le savoir ou la certitude que l’Islam est la religion vraie qui vient de Dieu, gloire à Lui : la prise de conscience que l’Islam est la religion vraie est d’une grande importance pour que l’homme évolue et atteigne le niveau du Successeur de Dieu sur terre. Le savoir est aussi utilisé comme critère d’évaluation pour classifier les gens et les distinguer les uns des autres. C’est aussi un moyen incontestable pour que les gens perçoivent l’existence de Dieu et de là le craindre. Vue l’importance du savoir, le Coran exhorte l’homme à comprendre son environnement, ses lois et ses systèmes.
Le Coran insiste que l’acquisition du savoir une chose primordiale parce qu’elle aiguise l’esprit de l’homme et le polit. Ce qui lui permet de se comporter en responsable avec tous les sujets, les phénomènes et les problèmes qui se posent à lui. C’est pour cela que la méthodologie du Coran procure à l’homme un ensemble de moyens entre autres desquels l’observation, la preuve incontestable et la polémique constructrice. Le Coran insiste aussi sur l’importance de l’analyse logique et réfléchie qui se fonde sur des preuves solides et tangibles et sur l’esprit judicieux et circonspect de ceux qui disposent d’un savoir scientifique et de facultés intellectuelles exceptionnelles. Par ailleurs, la démarche coranique insiste à ce que les individus prennent conscience et comprennent ce qui les entoure et réfléchissent sur la finalité de leur existence dans ce vaste univers. D’autre part, l’Islam respecte l’esprit parce qu’il aide l’humanité à méditer et à comprendre les secrets de l’univers et de là à en tirer profit. Chaque fois qu’il est évoqué dans le Coran, l’esprit est valorisé et il y a insistance sur la nécessité de l’utiliser. L’esprit est toujours glorifié quand il est évoqué dans le Coran, et il est presque toujours évoqué quand il y a un ordre ou défense, et à chaque fois il y a appel aux musulmans à l’utiliser, d’ailleurs ils sont blâmés quand ils ne le font pas.
3) La justice :
La justice est la valeur morale suprême dans la société islamique. De manière générale elle est réalisée par l’application des lois islamiques (la Charia). Dieu abhorre et méprise l’injustice, cela a été prouvé dans le Coran qui met sur le pied d’égalité l’injustice, le fanatisme religieux ou l’extrémisme, les considérant comme à l’origine de l’effondrement des sociétés humaines. Le rapport entre ces deux phénomènes devient d’autant plus clair quand l’individu voit que dans une acceptation moderne ils sont synonymes de corruption politique et économique.
Et pour insister sur l’importance de la justice, le Coran la classe comme le meilleur travail nécessaire à la fondation de toute société humaine. Rappelons que le mot justice dans le Coran a divers sens et acceptations: la justice en tant que notion céleste signifie les qualités morales telles que l’égalité et l’impartialité, la modération et la droiture. Dans ce sens, la justice est à assimiler comme objectif universel intrinsèque à chaque âme humaine. Aussi la justice dans le sens d’égalité s’applique à toutes les créatures, et souvent elle est évoquée sous le nom de code universel.
Bref, l’Islam en tant que religion présente un ensemble de valeurs et de principes moraux pratiques susceptibles d’être appliqués à l’échelle mondiale. D’ailleurs là où on trouve ces valeurs, on trouve l’Islam. On ne peut restreindre l’islam à un groupe de gens ou à un lieu déterminé, car dans son essence, c’est un système et un mouvement contre la corruption, le matérialisme et la tyrannie et toute forme d’injustice à tous les temps et en tous lieux.

[/column]

[column col= »1/1″]

[title size= »h3″]L’Islam comme système et mode de vie[/title]

De manière générale, le mot système en arabe désigne quelque chose qui existe réellement dans la société ou d’une manière virtuelle mais aussi d’une manière objective tel que le système politique, économique ou social. Ce mot est synonyme du mot « religion » qui veut dire « foi ». Par conséquent, il est possible de dire que l’Islam en tant que système et mode de vie constitue une culture théologique universelle dont le noyau se fonde sur l’identité unique.
En effet, l’Islam réunit tous les musulmans sous son étendard quelles que soient leurs races, leurs couleurs ou leurs nationalités, et ce par leur engagement à respecter les valeurs islamiques dans tous les domaines de la vie. En s’appuyant sur cette susceptibilité, l’Islam défini sa conception du Dieu, de l’univers et de la vie humaine d’une manière générale comme un système parfait. Il en est de même pour tous Les systèmes secondaires qui en découlent. Conformément à cette conception, l’homme doit organiser sa vie et ses efforts pour remplir la mission céleste qui lui a été assignée de par l’instauration d’un ordre social fondé sur la justice et l’égalité.
L’Islam accorde une importance majeure à la vie mondaine de l’homme. Il ne met pas la religion et la vie d’ici-bas en conflit. Tous les aspects de la vie humaine et sociale relèvent de deux domaines indissociables : les pratiques religieuses, et les affaires mondaines. Dans le premier, le musulman s’engage à pratiquer divers rituels et devoirs religieux. Donc ici, il s’agit du rapport de l’individu musulman avec son créateur ; Les affaires mondaines concernent tous les aspects de la vie au quotidien. Ceci dit, les affaires mondaines relèvent des relations entre les individus et leurs comportements les uns envers les autres. Néanmoins, le comportement du musulman, dans les deux domaines doit respecter les consignes de l’Islam, c’est à dire qu’il exprime la soumission de l’individu à Dieu et son consentement à se conformer aux directives de l’Islam puisées dans le Coran, la Sunna, aux explications méthodiques disponibles et au Consensus.
1) Les pratiques religieuses relèvent des rapports spirituels entre le musulman et son Créateur. Elles constituent l’ensemble des devoirs religieux mentionnés dans les cinq piliers de l’Islam. Ces pratiques religieuses et les lois qui les régissent sont appelées : Rituels. Par conséquent, la notion de rituels désigne les comportements du musulman et l’expression de sa foi à travers les consignes de l’Islam. Nous signalons ici que la simple pratique des rituels n’assure pas un bon rapport du musulman avec Dieu, parce que les rapports de l’homme avec ses semblables ne sont pas moins importants car ils doivent se conformer aux valeurs chastes de l’Islam et auxquelles incitent les devoirs religieux. A partir de cette conception globale de la religion, On peut dire que tous les comportements de l’individu sont des formes d’adoration de Dieu, ou tout au moins susceptibles de l’être. Cependant, combien même ces formes d’adoration de Dieu sont différentes et n’ont pas le même effet quant à raffermir la foi de l’individu, Dieu, gloire à Lui, récompensera ses sujets et dans le monde d’ici-bas et dans l’au-delà.
Bref, l’on peut dire que les pratiques religieuses permettent d’affermir la relation spirituelle entre l’homme et son Créateur, de renouveler la foi, et aide le musulman à réaliser la justice sociale, l’égalité et la liberté qui constituent le noyau de l’Islam.
2) Le domaine des affaires mondaines prend l’Islam comme mode de vie. Dans ce sens, l’Islam constitue un ensemble riche de systèmes, lesquels systèmes s’appuient sur l’application réelle des principes et des règles islamiques sur le plan du comportement individuel ainsi que sur le plan des relations interhumaines. Dès lors, le domaine des affaires en islam a essentiellement deux principaux aspects : le comportement et la Charia. le premier se rapporte aux différents comportements réels du musulman dans ses relations, le second relève de la Charia, des lois et règles qui organisent ces comportements.
Le principal objectif de ces deux domaines c’est de s’assurer de la bonne application des lois islamiques.
La Charia se distingue par sa capacité à couvrir les deux domaines : le domaine de la religion et celui des affaires mondaines (le domaine religieux, politique, économique et social). Par conséquent, c’est donc elle qui donne la légitimité ou le droit moral à tout pouvoir pour qu’il s’installe et se pratique, elle donne aussi la légitimité aux organisations sociales de se former. Le principal objectif des lois islamiques c’est d’aider l’homme à comprendre son environnement et les lois qui le régissent pour qu’il sache comment les utiliser efficacement. Cela ne peut que faciliter à l’homme le chemin vers le progrès pour qu’il puisse bâtir une société humaine fondée sur la justice, l’égalité, l’entraide et la liberté. D’autant plus qu’elle fournit à l’homme les notions fondamentales nécessaires à la réalisation de ce projet.
a) L’homme existe pour être le successeur de Dieu sur terre, dès lors la mission de l’homme est de créer un régime social juste, une mission que le Coran présente comme dépôt
b) La science et le savoir créateur comme moyens qui aident l’homme à réaliser sa mission sur terre. Dans ce cadre, le Coran rappelle qu’Adam, paix de Dieu sur lui, a reçu la science et le savoir, un avantage que les anges n’ont pas eu. C’est au moyen de ce savoir que l’homme peut accomplir sa mission en tant que successeur de Dieu sur terre, et de fonder une civilisation sur les valeurs morales justes. Remarquons que le premier verset révélé au Prophète était une exhortation pour les hommes à la lecture, parce qu’elle est le moyen pour acquérir et enrichir leurs connaissances et leur culture. Le Coran insiste aussi sur l’importance du savoir et de la science comme critères de responsabilité et d’aptitude à discerner les choses, parce que le savoir contribue à l’amélioration de la vie de l’homme et l’aide à mieux contrôler son environnement et par conséquent raffermit sa foi en Dieu, gloire à Lui.
c) La mise à disposition : ce qui veut dire que Dieu a mis tout l’univers à la disposition de l’homme, donc, lorsque ce dernier prend conscience de l’existence de Dieu, et acquiert une connaissance de l’univers et des lois qui le régissent, il devient capable de perpétuer sa mission de successeur de Dieu sur terre. Dieu, gloire à Lui, a donné à l’homme tous les moyens qui lui sont indispensables pour accomplir sa mission. Mais pour qu’il puisse profiter pleinement de cette faveur, l’homme doit découvrir les lois qui régissent cet univers et comment les choses fonctionnent.
Ces lois que Dieu, gloire à Lui, a mises dans l’univers donnent à la civilisation humaine l’énergie spirituelle indispensable à son évolution et son progrès, permettant ainsi à l’homme de raffermir sa relation avec son Créateur. Il est donc du devoir de l’homme d’explorer l’univers, la vie et l’environnement autour de lui pour découvrir et comprendre leurs secrets. Ainsi, plus l’homme connaît son monde plus est grande sa foi en Dieu et plus grand encore le profit qu’il peut tirer de son environnement naturel et de l’univers.
d) Le juste milieu : cela désigne l’équilibre et la modération. C’est la quatrième instruction que l’homme doit respecter pour qu’il puisse remplir sa mission sur la terre. Le juste milieu veut dire que l’homme doit respecter un certain équilibre entre ses besoins humains du bas monde et ceux spirituels pour pouvoir réussir sa mission de successeur de Dieu sur terre. L’Islam prône le juste milieu parce qu’il permet d’avoir une vision large, modérée totalitaire et impartiale capable de dépasser une vision bornée pour un système global et intégral, qui n’est ni abusif ni partial. Par ailleurs, le juste milieu a ses objectifs : donner à la nation une spécificité en tant que nation disposant d’un code théologique modéré, d’un système d’idées bien équilibrées, et qui se caractérise par l’ordre, la coordination, l’engagement, le respect et la force des relations.
e) la liberté de choisir est la cinquième instruction qui organise les efforts de l’homme dans sa mission de successeur de Dieu sur terre. L’Islam considère la liberté comme un droit légal et intouchable pour tous les hommes. Une idée qui se répète plusieurs fois dans la Coran pour insister sur le droit de chacun à choisir librement sa religion et sa foi, et sur le droit de s’exprimer librement. Dieu, gloire à Lui, dit dans la sourate de la Génisse : « Point de contrainte en religion maintenant que la Vérité se distingue nettement de l’erreur. Désormais, celui qui renie les fausses divinités pour vouer sa foi au Seigneur aura saisi l’anse la plus solide, sans crainte de rupture. Dieu est Audient et Omniscient. » (Al Baqara 256) Le Coran va jusqu’à élargir au maximum cette liberté. En effet, même si l’Islam se propageait et devenait connu par tous, chacun demeure libre à choisir la religion qu’il veut. Dieu, gloire à Lui, dit : « Dis : «La Vérité émane de votre Seigneur. Croira qui voudra et niera qui voudra ! Nous avons préparé pour les injustes un Feu dont les flammes les cerneront de toutes parts. » (La Caverne, Al Kahf 29). Les paroles prophétiques ont confirmé ce principe islamique. Le prophète (Paix et salut de Dieu sur lui) dit « la foi c’est le conseil loyal» il dit aussi : « une forme suprême du Jihad c’est de dire juste devant un souverain injuste », et ajoute « ne soyez pas des complaisants » Le Coran affirme aussi que lorsque le musulman est en lutte interne contre Satan, Dieu lui procure l’aide et le soutien, aussi, si l’individu doit-il faire un effort dans ce sens. Ainsi le côté spirituel et le côté matériel montrent (PAGE 8) le réalisme de l’Islam, sa souplesse et sa bienveillance. D’une part, l’Islam ne nie point la faiblesse naturelle de l’homme et sa volonté de concilier dans la vie les besoins matériels aves ceux spirituels, d’une autre part, l’application des principes de l’Islam et la pratique de ses rituels religieux obligatoires sont délaissés à l’homme et à sa volonté. Il insiste aussi sur l’importance de raffermir la foi du musulman. Il affirme que la propagation du régime islamique est tributaire des gens, qui doivent approfondir et accroître leur foi par la compréhension juste des principes de l’Islam. De plus, l’Islam dispose d’une souplesse qui encourage ses adeptes à se développer puisqu’il autorise des réformes selon les exigences du temps et du lieu.
On peut donc comprendre comment l’Islam, au début, a instauré un système de valeurs très civilisé, fondé sur la justice et l’égalité et comment il a réussi à être le premier à les appliquer magnifiquement sur la réalité.
En conclusion, nous dirons qu’il faut comprendre que la différence entre la religion, (c’est-à-dire le côté doctrine), et les affaires (le côté matériel de la vie) est une différence logique. En effet, si la religion traite de choses immatérielles et invisibles ce qui exige une foi inébranlable en Dieu, le côté terrestre, lui, relève de ce qui est humain, visible, temporel et inconstant. Pour organiser la vie, l’Islam adopte des axes et des principes généraux parce que les affaires terrestres reposent sur la règle de cause à effet, qui est une loi inconstante tributaire du cadre spatio-temporel et des individus. Ce qui ne s’applique par sur la foi parce qu’elle concerne la relation de l’individu avec Dieu, gloire à Lui. A partir de ce qui précède nous pouvons affirmer que l’Islam est une religion intégrale et complète, et lorsqu’un individu se convertit à l’Islam et qu’il l’assimile bien, il se transforme en un autre individu totalement différent.

[/column]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *