L’Arabie Saoudite continue de moderniser ses systèmes conformément aux normes internationales et sans enfreindre la charia islamique.
07/07/2019
131
Pas de commentaire
Partagez ce sujet

Le royaume d’Arabie Saoudite a confirmé devant le Conseil des droits de l’homme à Genève qu’il travaillait toujours à moderniser ses lois et règlements nationaux conformément à ses obligations internationales sans violer la loi islamique et contribuait à la promotion et à la protection des droits de l’homme.

Abdulaziz Al-Wasel, ambassadeur du royaume aux Nations Unies à Genève, a déclaré dans un communiqué: « Le royaume a franchi des étapes importantes dans la vision du royaume 2030 au cours des dernières années dans divers domaines des droits de l’homme”.
Il a souligné que l’enquête sur l’assassinat de Jamal Khashoggi est toujours en cours et que toute provocation à ce sujet dans les enceintes internationales ne servirait pas le cours des enquêtes en cours dans le royaume. C’est pourquoi l’Arabie Saoudite réitère son engagement à responsabiliser les auteurs de ce crime, à les traduire en justice et la transparence dans la diffusion des faits afin de ne pas affecter le déroulement du procès.
L’ambassadeur Al-Wasel a déclaré que la peine de mort dans le royaume ne s’applique qu’aux crimes les plus grave et limités, et que tous les procès des personnes accusées de ces crimes se déroulent conformément aux normes internationales applicables.
Il s’est déclaré profondément préoccupé par les informations fournies par la Haut-Commissaire aux droits de l’homme lorsqu’elle a noté dans sa déclaration qu’il existait des preuves de la persécution persistante de la minorité rohingya dans l’État de Rakhine et que les autorités avaient imposé des restrictions à l’accès humanitaire aux personnes dans le besoin dans la région de Rakhine, appelant la communauté internationale à assumer ses responsabilités et exhortant le gouvernement du Myanmar à mettre fin à ces violations.
Al-Wasel a vivement regretté le mépris de la déclaration du Haut Commissaire aux droits de l’homme sur les souffrances du peuple palestinien dans les territoires palestiniens et arabes occupés, soulignant l’importance des droits du peuple palestinien, y compris son droit à l’autodétermination, et le soutien du royaume au droit du peuple palestinien à la souveraineté sur ses territoires occupés depuis juin 1967, et son droit d’établir un État palestinien avec Jérusalem-Est pour capitale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *