L’impact de l’éducation et des médias sur les sociétés musulmanes
08/07/2016
233
Pas de commentaire
Partagez ce sujet

Dans un petit livre de trente pages, publié par le Centre des Émirats pour les études stratégiques et de la recherche (1999), le Dr Dale Eickelman critique l’impact de l’éducation et des médias sur les communautés musulmanes et la vision stéréotype qui prévaut en Occident vis-à-vis de l’éveil islamique considéré comme un mouvement régressif opposé au progrès et à la modernisation. Eickelman dit que des expressions propagées en Occident comme «fondamentalistes» qui rappelle aux occidentaux les fondamentalistes chrétiens, ou la théorie de Huntington dans « The West versus the Rest » qui prévoit une alliance islamique contre l’Occident ou encore l’expression de Daniel Lerner «La Mecque et la mécanisation» qui veut dire qu’il y a un contraste entre la religion et le progrès…toutes ces expressions sont fausses et inutiles.
Le Dr Eickelman croit que dans quelques années nous allons retourner vers le passé pour découvrir que la seconde moitié du XXe siècle a connu un énorme changement dans le monde musulman. Il explique comment l’objectif de l’éveil islamique est un retour aux vraies origines de l’Islam qui ne contrastent pas avec le progrès.
Il cite l’exemple de sa participation à une conférence organisée par une organisation liée au parti turc « Parti de la prospérité » qui contrôlait la municipalité d’Istanbul en 1994. Malgré que le parti turc était « fondamentaliste, les Turcs qui ont pris part au débat et réagit à mon intervention ont exprimé divers points de vue et n’étaient nullement isolés du monde extérieur.» Fin de citation.
Du point de vue de l’auteur, le problème des Occidentaux dans leurs perspectives par rapport à l’éveil islamique provient en partie du manque de compréhension de la nature de la loi islamique. La sharia contient en effet des constantes que les musulmans doivent adapter à leur vie et contient également des variantes ouvertes à l’Ijtihad (l’effort) basé lui aussi sur ces constantes. L’Ijtihad est susceptible de contenir toutes les données à condition qu’il soit pris en charge par des personnes qualifiées. Une grande partie de la sharia vient de la diligence mentale, mais a toujours comme base le Coran et la Sunna.
Eickelman insiste sur le rôle de la diffusion de l’éducation et des médias dans les changements importants dans le monde islamique. Ces changements ne signifient pas que les musulmans abandonnent les enseignements de leur religion, mais il s’agit d’une nouvelle perspective: «Dans le monde islamique, un grand nombre de musulmans s’attachent consciemment à leurs croyances religieuses et le font savoir d’une manière claire et systématique. Il n’est plus suffisant qu’un individu soit musulman et suivre les enseignements de sa religion, il y a conscience que les musulmans doivent réfléchir sur leur religion et défendre leurs points de vue.»
Eickelman donne l’exemple du dialogue permanent entre des groupes d’intellectuels et des oulémas musulmans. Ces dialogues traitent beaucoup de problèmes dans la tentative d’atteindre des solutions efficaces à la lumière de la religion islamique. Quant aux gens normaux, il explique comment l’éducation en général a créé une large base de lecteurs qui a permis la diffusion du livre islamique d’une manière sans précédent.
Ces livres islamiques traitent des sujets scientifiques liés à la façon de vivre des musulmans dans le monde moderne et expliquent également les risques d’ignorer les instructions islamiques pour l’individu et la communauté. En plus, il y a d’autres livres liés qui rappellent les principes fondamentaux comme la résurrection après la mort, la reddition des comptes, la récompense et la punition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *